BFM Business

Le maire de Tourcoing, Gérald Darmanin, devient grand argentier du gouvernement

Gérald Darmanin était jusqu'à présent maire de Tourcoing

Gérald Darmanin était jusqu'à présent maire de Tourcoing - Joël Saget - AFP

Proche de Xavier Bertrand, le maire de Tourcoing fait partie des poids lourds de la droite qui rejoignent le gouvernement. Gérald Darmanin aura la lourde tâche de mener à bien le premier budget d'Edouard Philippe.

Pour mieux fracturer Les Républicains, Emmanuel Macron décide de se doter d'un Bercy à droite toute. Ainsi si l'Économie est confiée à Bruno Le Maire, Gérald Darmanin hérite lui de l''Action et les Comptes publics". Il sera chargé de piloter le Budget (comptes publics et sociaux) mais aussi la Fonction publique et la réforme de l'État.

Cette nomination permet de marché un peu plus à droite sur les plates-bandes de LR. Si Edouard Philippe est un proche d'Alain Juppé, Gérald Darmanin, jeune maire de Tourcoing (34 ans) a lui été porte-parole de Nicolas Sarkozy de septembre 2014 à 2015. Il est surtout un proche de Xavier Bertrand, dont le nom circulait un temps à Matignon. Il incarne ainsi une droite plus "traditionnelle" qu'Edouard Philippe.

"J'ai honte de ma droite"

Gérald Darmanin faisait néanmoins partie des grands noms de la droite à avoir "lâché" François Fillon en pleine campagne. "J'ai honte de ma droite", avait-il notamment déclaré début mars, quittant ensuite son poste de secrétaire général adjoint chez Les Républicains.

Après avoir été élu vice-président de la région des Hauts-de-France, il choisit de démissionner, en 2016, de son siège de député, conquis en 2012, alors qu'il avait 29 ans. Il était alors membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire.

Considéré comme une étoile montant de la droite, Gérald Darmanin a notamment été directeur de cabinet de David Douillet, lorsqu'il était ministre des Sports (2011-2012).

Critique d'Emmanuel Macron

Comme Edouard Philippe, Gérald Darmanin a déjà tenu des propos peu amènes à l'égard d'Emmanuel Macron. En janvier, dans une tribune publiée dans le journal l'Opinion, il critique par exemple le "bobopulisme de Monsieur Macron" et le décrit comme un "pur produit du système: beaux quartiers, belles études, belle fortunes, belles relations". Gérald Darmanin est lui issu d'un milieu populaire. Sa mère est femme de ménage, son père exploite un bar. Néanmoins en août 2015, il parlait aussi d'Emmanuel Macron comme "d'un garçon intelligent qui a compris ce qu'était le problème du pays, c'est-à-dire un Code du travail rigide, une fiscalité trop importante. Et il veut libéraliser l'économie. On ne peut être que d'accord avec ça".

Le premier grand chantier de Gérald Darmanin sera de préparer la loi de finances pour 2018, texte qui doit notamment contenir l'une des mesures phares du programme d'Emmanuel Macron, à savoir l'exonération de 80% des ménages assujettis à la taxe d'habitation. Une mesure à 10 milliards d'euros dont le financement n'a pas encore été détaillé.

Julien Marion