BFM Business

« Le Libra est un défi sérieux » affirme la Banque de France

Sylvie Goulard, sous-gouverneure de la Banque de France, était invitée sur le plateau de 12H, l’Heure H pour évoquer, notamment, l’arrivée de la cryptomonnaie de Facebook, le fameux Libra.

Brans-le-bas de combat du côté des banques centrales. Il n’est pas question ici de réfléchir à la politique monétaire européenne mais plutôt de préparer la riposte au géant Facebook, qui a annoncé, la semaine dernière, l’arrivée de sa cryptomonnaie.

Une devise numérique qui toucherait immédiatement des milliards de personnes dans le monde, grâce à la force du réseau social. « Nous avons décidé de lancer rapidement un groupe de travail à l’intérieur du G7, puisque la France en à la présidence » explique Sylvie Goulard, sous-gouverneure de la Banque de France, invitée sur le plateau de 12H, l’Heure H, ce lundi. « Pour nous européens, une des questions très importantes, c’est de voir l’impact sur l’euro, qui est le seul moyen de paiement légal. »

C’est la grande question puisque le Libra ne sera pas contrôlé par une banque centrale mais par un dispositif de blockchain, le tout étant adossé à un panier de monnaies pour éviter une forte volatilité. « Il y a une étude à faire car c’est inédit, sans précédent. C’est un défi sérieux » martèle Sylvie Goulard qui souligne que, « pour l’instant, les caractéristiques ne sont pas extrêmement claires. » En clair, les banques centrales devront répondre à une question essentielle : « peut-on laisser une monnaie se construire ? » explique Sylvie Goulard.

Au-delà de la question du contrôle et de l’influence, la « task force » des banques centrales devra aussi surveiller l’usage du Libra pour prévenir « l’usage du blanchiment d’argent » et assurer « la sécurité des moyens de paiement (…) Ce qui n’est pas acceptable, ce sont les choses illégales » souligne la représentante de la Banque de France.