BFM Business

La loi Pacte déroule le tapis rouge aux banques

Des exonérations de cotisations retraites sont prévues, sous conditions, pour les salariés rapatriés.

Des exonérations de cotisations retraites sont prévues, sous conditions, pour les salariés rapatriés. - GERARD JULIEN / AFP

Les députés de la Commission spéciale épluchent cette semaine les 73 articles et 2000 amendements de la loi Pacte… A une cadence de 38 amendements par heure, ils espèrent boucler l’examen avant samedi. Ce matin, ils se sont attardés sur l’article 23, directement lié au Brexit …

Cet article 23 n’est rien d’autre que la traduction législative du « tapis rouge » que l’exécutif veut dérouler aux cadres qui quittent Londres. Il permettra aux salariés relocalisés à Paris, d’être exonérés de cotisations retraites pendant trois ans. L’employeur verra ainsi ses cotisations baisser. Il économisera 8,55% du salaire brut. Toutefois, pour bénéficier de cet avantage, deux conditions sont à remplir : les salariés ciblés doivent avoir cotisé à l'étranger les cinq années précédentes, et être déjà affiliés à un autre régime d'assurance.

Autre mesure forte : les bonus ne seront plus intégrés dans le calcul des indemnités de licenciement. Une manière là encore de baisser les coûts pour l’employeur, en cas de licenciements d’un trader. En jouant sur le coût du travail, Bercy veut envoyer un signal fort, et s'attaque à l'une des principales faiblesses de la France : les charges patronales, qui restent plus élevées qu'en Allemagne, sa principale rivale.

L’attractivité financière, un sujet politique

Ce mercredi matin en Commission, les députés La France Insoumise ont accusé la majorité de faire « la danse du ventre aux marchés financiers ». Mais cette attractivité financière de la France, Emmanuel Macron la revendique. Cet article 23 a été écrit en collaboration avec « la place de Paris ». Il reprend les annonces faites en janvier dernier à Versailles où le chef de l’Etat avait réuni 140 grands patrons étrangers, sur le chemin de Davos. Un beau coup marketing à l’époque, baptisé "Choose France".

Paris marque des points

Depuis, cette bataille a commencé à porter ses fruits. Alors que seul HSBC avait prévu de rapatrier ses activités en France, d’autres grands noms de la Finance sont venus se rajouter à la liste : BlackRock, JP Morgan, Goldman Sachs, Bank Of America ont déjà annoncé qu’elles renforceraient leur implantation en France.

Edouard Philippe courtise régulièrement les milieux financiers. En Juillet dernier au quai d’Orsay, devant le gratin de la Finance, il citait cette formule de l'auteur britannique, G.K. Chesterton : "Londres est une énigme, Paris est une explication".

Mathieu JOLIVET