BFM Business

La Grèce fait plonger le Crédit Agricole

-

- - -

Les marchés financiers sont sous tension, inquiets d'une sortie de la zone euro de la Grèce. A Paris, le Crédit Agricole est tombé jeudi à son plus bas niveau historique: la banque possède une filiale en Grèce.

C'est un nouveau coup de tonnerre pour le secteur bancaire français. Sous l'effet de la crise grecque et de l'impasse politique qui l'accompagne, le Crédit Agricole a fait le plongeon, jeudi, au terme d'une séance particulièrement fébrile sur les marchés financiers.
A la clôture, le titre de la banque est tombé à son plus bas niveau historique: après une nouvelle chute de 3,51%, l'action Crédit Agricole s'échangeait jeudi soir à seulement 3 euros. Depuis le 1er janvier, le titre a perdu près du tiers de sa valeur (-31,19%). A son entrée en Bourse en 2001, l'action du Crédit Agricole valait 16,60 euros.

Une filiale exposée en Grèce

Si le Crédit Agricole est aussi vulnérable à la situation en Grèce, c'est parce que la banque y possède une filiale, Emporiki, l'une des principales enseignes bancaires grecques. La méfiance des investisseurs fait le reste.
Le comportement des épargnants grecs a de quoi nourrir les inquiétudes: dans la seule journée de lundi dernier, les Grecs ont retiré au moins 700 millions d'euros d'économies sur leurs comptes en banques. Selon les propres mots du président Karolos Papoulias, les Grecs pourraient être saisis par «une grande peur susceptible de se transformer en panique». Les autorités du pays redoutent une ruée dans les banques grecques, et c'est précisément cette crainte qui ébranle déjà les marchés financiers. Depuis début 2010, les banques helléniques ont déjà perdu 72 milliards d'euros de dépôts, soit 30% du total de l'époque.
Quand on sait que le Crédit Agricole est la banque française la plus exposée en Grèce, ses actionnaires risquent de se montrer particulièrement agités, lors de l'assemblée générale annuelle de la banque, mardi 22 mai.