BFM Business

La France est championne du monde des taxes et des impôts mais pas (du tout) de la justice sociale

-

- - Pexels

Selon la vaste étude de la Fondation allemande Bertelsmann, qui compare le degré de justice sociale (éducation, santé, égalité des chances...) des pays de l'Europe et de l'OCDE, la France ne figure même pas dans le top 10 mondial.

On le sait, la France dépense beaucoup pour son système de protection sociale réputé très protecteur et généreux ou encore dans l'éducation. De quoi justifier, selon les gouvernements qui se succèdent, sa place de championne du monde des prélèvements obligatoires avec un taux de 46% du produit intérieur brut (PIB) en 2018, selon la dernière étude de l'OCDE. 

Mais quelle est l'efficacité du modèle social français au vu de ces dépenses? La dernière étude de la Fondation allemande Bertelsmann (Social Justice Index), qui compare le degré de justice sociale des 41 pays de l'Europe et de l'OCDE en 2019, donne des éléments de réponses. Et ils risquent de décevoir.

Globalement, la France n'arrive qu'en 15e position avec un indice de 6,53. C'est un peu mieux qu'en 2018 (6,48) mais moins bien qu'en 2009 (6,65).

Notre pays se classe ainsi largement derrière les pays scandinaves: l'Islande (7,90), la Norvège (7,68), le Danemark (7,67), la Finlande (7,24), la Suède (6,98).

-
- © Fondation Bertelsmann
-
- © Fondation Bertelsmann

Derrière l'Allemagne et l'Angleterre

Mais surtout, la France arrive également derrière les Pays-Bas (6,97), la Slovénie (6,88), la République Tchèque (6,8), la Nouvelle-Zélande (6,75), l'Allemagne (6,64) et même l'Angleterre (6,64), le Canada (6,57), l'Irlande et la Suisse (6,56).

La moyenne des pays observés se fixe à 6,09. Le pays au plus faible score est le Mexique (4,76), pays où les prélèvements obligatoires sont les plus faibles (16%). 

Ce score englobe différents paramètres: prévention de la pauvreté, égalité face à l'éducation, accès au marché du travail, inclusion sociale et non-discrimination, égalité intergénérationnelle ou encore système de santé.

La France se distingue assez nettement dans le domaine de la santé (4e rang mondial) et dans la prévention de la pauvreté (7e rang). Mais affiche de piètres performances dans l'égalité intergénérationnelle (20e rang), l'inclusion sociale (21e), l'égalité face à l'éducation (35e) et l'accès au marché du travail (38e). De quoi lourdement plomber sa performance globale dans ce classement.

-
- © Fondation Bertelsmann

Ainsi, si les experts de la Fondation Bertelsmann jugent "admirable" la position de la France en matière de santé, et "attribuent le risque relativement faible de pauvreté au généreux modèle de protection sociale français, qui protège largement de la pauvreté et de l'exclusion sociale", ils soulignent que dans le même temps, "certaines régions rurales et certains migrants sont touchés par l'exclusion sociale".

La faible performance en matière d'éducation est clairement un frein à la justice sociale, expliquent les auteurs. "La justice sociale des systèmes éducatifs se manifeste notamment dans la mesure où ils offrent aux enfants et aux jeunes des chances égales de succès dans leur carrière éducative. Dans ce contexte, le faible résultat obtenu par la France en matière d’éducation équitable tient notamment à la forte sélectivité sociale du système éducatif". La Fondation ne voit "dans aucun autre des 41 pays de l'UE et de l'OCDE, (une telle) influence du contexte socio-économique sur les possibilités d'éducation des enfants et des jeunes".

Education: un résultat "alarmant"

Et d'asséner: "Ce résultat est alarmant, car une bonne éducation est une condition préalable essentielle pour pouvoir accéder ultérieurement aux opportunités du marché du travail et donc également pour la participation sociale". "La qualité de l'éducation laisse également beaucoup à désirer; la proportion de personnes peu performantes selon le PISA dans toutes les matières est de 14,8% (28e rang), soit environ trois fois plus qu'en Estonie, le meilleur pays pour cet indicateur", peut-on encore lire. "Cependant, les experts signalent également que le gouvernement Macron s’attaque à ce problème et a lancé plusieurs mesures visant à garantir des possibilités d’éducation meilleures et plus équitables".

En matière d'accès au marché du travail, au contraire, les choses empirent note la Fondation. Le score de 5,96 "est inférieur à ce qu’il était il y a dix ans". "Sur huit des onze métriques (quantitatives) qui composent cette dimension, la situation de la France est pire qu’il y a dix ans. Alors que le niveau d’emploi aujourd’hui (65,4%, 32e rang) est semblable à celui d’il y a dix ans, la Fondation épingle la part des travailleurs occupant un emploi à temps partiel contre leur volonté (34,9% à 41,8%), un taux de chômage de 9,1% qui reste plus élevé qu’avant la crise financière mondiale (37e rang), le taux de chômage notoirement élevé chez les jeunes (20,8%, 37e rang) et le fait que les travailleurs nés à l'étranger, surtout les jeunes, rencontrent d'énormes difficultés pour s'intégrer sur le marché du travail (30e rang).

Il n'y a guère que le taux d’emploi des personnes âgées de 55 à 64 ans qui soit un motif de satisfaction. Il "a considérablement augmenté, passant de 38,2% à 52,1%".

La conclusion est sans appel. "Ces lacunes mettent en évidence les occasions manquées d'intégrer les jeunes et les adultes marginalisés à la société française. Le gouvernement Macron a également lancé des mesures immédiates pour améliorer les qualifications des chômeurs de longue durée et des jeunes ayant quitté l'école sans diplôme, programme doté de 15 milliards d'euros sur cinq ans, mais les résultats de ces interventions politiques sont encore à voir".

Olivier Chicheportiche