BFM Business

La Commission européenne nie l’existence d’un accord entre la Grèce et la troïka

BFM Business

La Commission européenne a démenti mercredi 31 octobre qu’un quelconque accord ait été trouvé entre la Grèce et ses créanciers de la troïka. La veille pourtant, le Premier ministre grec Antonis Samaras avait annoncé qu’un tel accord avait été conclu. 

Mardi, Antonis Samaras avait en effet assuré que son pays avait soumis un paquet d'économies à réaliser à ses créanciers (UE, BCE et FMI). Paquet qui avait été accepté par ces derniers. 

C’est la deuxième fois qu’un officiel grec est à l’origine de ce type de couac. Il y a un peu plus d’une semaine, le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, avait affirmé qu’un accord était trouvé et que la Grèce bénéficierait d’un délai supplémentaire pour venir à bout de ses réformes. Deux informations démenties ensuite par les instances européennes.

Le "nombre de question à régler" s’est réduit, a néanmoins reconnu un des porte-parole de la Commission, qui fait part de sa confiance dans l’avenir pour fixer les conditions de l’aide du Fonds monétaire international et de l’Union européenne à Athènes. 

La Grèce a jusqu’au 16 novembre pour obtenir l’assentiment de ses créanciers au versement d’un tranche de 31,2 milliards d'aide. Son versement est retardé depuis juin dans l'attente du bouclage d'un accord.

BFMbusiness.com et AFP