BFM Business

La CFDT en congrès en pleine réforme des retraites

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, qui devrait être reconduit cette semaine à la tête du syndicat. La CFDT ouvre ce lundi les portes de son 47e congrès à Tours (Indre-et-Loire), à deux semaines de la présentation par le gouvernement d'un

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, qui devrait être reconduit cette semaine à la tête du syndicat. La CFDT ouvre ce lundi les portes de son 47e congrès à Tours (Indre-et-Loire), à deux semaines de la présentation par le gouvernement d'un - -

ORLÉANS, Loiret - La CFDT ouvre ce lundi les portes de son 47e congrès à Tours (Indre-et-Loire), à deux semaines de la présentation par le...

ORLÉANS, Loiret (Reuters) - La CFDT ouvre ce lundi les portes de son 47e congrès à Tours (Indre-et-Loire), à deux semaines de la présentation par le gouvernement d'une réforme des retraites contestée par l'ensemble des syndicats français.

Les responsables de la CFDT prédisent des débats nourris sur les retraites et les grands sujets économiques et sociaux mais soulignent que le climat interne est apaisé, en comparaison avec un dernier congrès marqué par de fortes dissensions, en 2006.

"Ma priorité, c'est d'écouter et de tenir compte de ce que vont décider les militants de la CFDT", a déclaré vendredi à des journalistes le secrétaire général de la CFDT.

"Je souhaite que notre congrès ne soit pas qu'un débat sur les retraites", a précisé François Chérèque, qui devrait être reconduit à la tête du syndicat.

Seul syndicat à avoir soutenu la réforme des retraites de 2003, la CFDT s'oppose aujourd'hui au souhait du gouvernement de relever l'âge légal de la retraite, abaissé de 65 ans 60 par le président socialiste François Mitterrand en 1983.

Pour la réforme de 2010, le syndicat a porté sans succès l'idée d'une modification complète des systèmes de retraite français, qui s'inspirerait des systèmes de comptes à points, en vigueur dans d'autres pays européens.

Le congrès devra travailler sur les moyens de réduire les inégalités en France, a poursuivi le responsable syndical.

"Réduction des inégalités vis-à-vis de l'impôt, réduction des inégalités dans les parcours professionnels entre les précaires et les moins précaires, entre les contractuels dans la fonction publique et les titulaires, réduction des inégalités dans la protection sociale sur les retraites", a-t-il dit.

DÉBATS FOURNIS EN PRÉVISION

Pour Laurent Berger, secrétaire aux très petites entreprises et à l'emploi de la CFDT, chargé de préparer le congrès, la question de la place du syndicalisme sera centrale.

"Dans un monde économique où les régulations sont trop faibles, quelle place accordons-nous au syndicalisme et de quels leviers devons- nous nous doter pour corriger le tir ?", a-t-il dit à Reuters, évoquant "une meilleure répartition entre le capital et le travail au travers d'une fiscalité plus juste et plus redistributive".

S'ils prévoient des débats "fournis", les cadres du syndicat disent avoir connu des périodes plus difficiles.

"En 2006, à l'occasion du dernier congrès, nous devions débattre des dissensions nées de la position de la CFDT sur les retraites en 2003", alors que pour ce congrès "les débats vont être denses mais pour des raisons extérieures comme la crise économique forte, une situation sociale lourde, la question des retraites", explique Laurent Berger.

François Chérèque s'est réjoui que le congrès puisse aborder de front une question aussi difficile que les retraites.

"Nous, on n'escamote rien, on choisit de mettre en débat des sujets difficiles et je pense que c'est un sacré bon signe pour la démocratie dans notre organisation syndicale", a-t-il dit.

Le ministre du Travail, Eric Woerth, a déclaré vendredi qu'il suivrait les résultats du congrès avec attention.

"Je suis attentif à tout ce qui se passe dans le pays sur le plan social, c'est le congrès d'une grande centrale syndicale, on sera évidemment très attentif à cela", a-t-il dit à des journalistes.

Eric Woerth présentera les grandes lignes de la réforme des retraites entre le 15 et le 20 juin. Le projet de loi sera présenté mi-juillet en conseil des ministres pour un examen en septembre au Parlement.

La CFDT, qui revendique 833.000 adhérents, tiendra son congrès jusqu'au 11 juin.

Mourad Guichard, avec Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse