BFM Business

L'Eurogroupe ne changera pas de président avant janvier prochain

Jeroen Dijsselbloem verra son mandat échoir à mi-janvier

Jeroen Dijsselbloem verra son mandat échoir à mi-janvier - John Thys - AFP

Bien qu'il ne soit plus ministre des Finances, Jeroen Dijsselbloem conservera ses fonctions jusqu'à la fin de son mandat. Bruno Le Maire pourrait lui succéder.

Jeroen Dijsselbloem reste droit dans ses bottes. Le Néerlandais a affirmé ce vendredi à Tallinn vouloir rester président de l'Eurogroupe jusqu'à la fin de son mandat, soit mi-janvier 2018, même s'il n'est plus ministre néerlandais des Finances. Lors de la conférence de presse organisée à l'issue de la réunion des 19 ministres des Finances de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem a déclaré avoir "l'intention, quoi qu'il arrive, de terminer le mandat, qui court jusqu'à la mi-janvier".

Âgé de 51 ans, Jeroen Dijsselbloem est depuis janvier 2013 président de l'Eurogroupe. Mi-2015, son mandat avait été renouvelé par ses pairs. Mais lors des élections néerlandaises en mars 2017, son parti, les sociaux-démocrates, avait connu une débâcle, rendant très improbable sa participation à une nouvelle coalition gouvernementale. Or, jusqu'ici, la présidence de l'Eurogroupe a toujours été assurée par un ministre des Finances en fonction.

Le Maire comme successeur?

Pour l'instant, aucun nouveau gouvernement de coalition n'a encore été formé aux Pays-Bas. Parmi les candidats potentiels à la succession de Jeroen Dijsselbloem avait été cité le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire.

Interrogé sur une possible candidature, le Français avait répondu: "Nous avons un très bon président", estimant que le moment n'était pas encore venu pour parler de sa succession.

Le Français Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE, a de son côté déclaré: "Jeroen est un président fantastique de l'Eurogroupe. Nous savons ce que nous perdons, mais nous ne savons pas ce que nous allons avoir."

J.M. avec AFP