BFM Business

L'Allemand Schaüble appelle à respecter le Grec Varoufakis

Le ministre allemand des Finances, qui semblait jusque-là avoir du mal à supporter son homologue grec, assure ce dimanche qu'il s'est comporté "tout à fait correctement" avec lui.

Le ministre allemand des Finances, qui semblait jusque-là avoir du mal à supporter son homologue grec, assure ce dimanche qu'il s'est comporté "tout à fait correctement" avec lui. - Ahikam Seri - Reuters

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, a estimé dans la presse ce dimanche qu'il fallait donner un peu de temps au gouvernement grec d'Alexis Tsipras, arrivé au pouvoir début 2015.

Le ton se radoucirait-il entre l'Allemagne et la Grèce? L'un de ceux dont le désaccord était le plus visible avec le gouvernement grec anti-austérité, le ministre allemand des Finances , semble mettre de l'eau dans son vin. Wolfgang Schäuble a en effet estimé dans un entretien dimanche qu'il fallait donner "un peu de temps" au gouvernement d'Alexis Tsipras arrivé au pouvoir il y a seulement un mois. Il s'est en outre dit confiant dans la volonté d'Athènes de mettre en place des réformes.

"Le nouveau gouvernement grec est très soutenu par la population. J'ai confiance en lui pour mettre en place les mesures nécessaires, mettre sur pied une administration fiscale efficace et ainsi tenir ses engagements", a souligné le ministre conservateur dans un entretien à Bild am Sonntag à paraître ce dimanche 1er mars.

"Il faut d'abord donner un peu de temps à un gouvernement nouvellement élu", a-t-il ajouté alors que le parti de gauche radicale Syriza est arrivé au pouvoir à l'issue des élections du 25 janvier. "Gouverner est un rendez-vous avec la réalité", selon lui.

Varoufakis "a le droit à autant de respect que les autres"

Les députés allemands ont donné leur feu vert vendredi à une écrasante majorité à la prolongation d'un programme d'aides à la Grèce de quatre mois, au 30 juin 2015, après un laborieux compromis entre les ministres européens des Finances et la Grèce. Athènes s'est engagé à poursuivre les réformes et les mesures d'économie en échange.

Quant à ses relations supposées délétères avec le flamboyant ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, l'heure est visiblement à l'apaisement. "Mon homologue grec a le droit à autant de respect que les autres", a-t-il souligné alors que les deux hommes, dont le style est aux antipodes, se sont livrés un bras de fer jusqu'ici. "Il s'est comporté avec moi tout à fait correctement", a-t-il insisté. Pour Wolfgang Schäuble, "les contrats sont plus importants que les déclarations".

Le ministre des Finances grecques a jusque-là semblé beaucoup agacer son homologue allemand. A l'issue de leur première rencontre, début février 2015, l'Allemand avait indiqué: "nous sommes tombés d'accord sur le fait que nous ne sommes pas d'accord". A quoi le Grec avait rétorqué: "de mon point de vue, nous ne sommes même pas tombés d'accord sur le fait de ne pas être d'accord". Fin-février cette fois, selon plusieurs sources, Wolfgang Schäuble aurait lâché en réunion: "je ne vois rien qui nous facilite la vie dans tout ce que Varoufakis entreprend".

N.G. avec AFP