BFM Business

L'Allemagne et la Grèce s'associent contre l'évasion fiscale

La Grèce et l'Allemagne vont collaborer plus étroitement pour lutter contre l'évasion fiscale grecque.

La Grèce et l'Allemagne vont collaborer plus étroitement pour lutter contre l'évasion fiscale grecque. - PHILIPPE HUGUEN - AFP

Athènes et Berlin ont signé ce samedi un accord de coopération pour lutter contre l'évasion fiscale. L'Allemagne compte notamment former les inspecteurs du fisc grec pour les rendre plus efficaces.

Après la France, spécialiste du genre, l'Allemagne! Les autorités grecques et allemandes ont signé samedi à Athènes "une déclaration" de coopération en matière de lutte contre l'évasion fiscale en présence du ministre des Finances de la Rhénanie du Nord-Westphalie, Norbert Walter-Borjans.

Cette déclaration envoie "un message de coopération plus étroite entre les autorités grecques et allemandes pour lutter d'une façon plus efficace contre l'évasion fiscale" en Grèce, a indiqué Norbert Walter-Borjans, lors d'une conférence de presse. Le ministre allemand a précisé que "50 inspecteurs grecs vont prochainement bénéficier d'une formation de trois à quatre semaines en Allemagne" sur ce sujet.

Fin novembre, Berlin avait communiqué à Athènes une liste de détenteurs de comptes en Suisse crédités d'un total de 4 milliards de francs suisses (3,7 milliards d'euros). Cette liste a été surnommée par les médias grecs "liste Borjans", du nom du ministre des Finances de l'État-région allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie qui avait transmis au gouvernement grec plus de 10.000 données pouvant servir à la poursuite de fraude fiscale en Grèce et concernant à la fois des entreprises et des particuliers.

Au moins 200 fois 1,5 million d'euros

Le 15 décembre, des procureurs grecs avaient découvert dans une agence de la banque suisse UBS à Athènes au moins 200 fraudeurs présumés vis-à-vis du fisc grec ainsi que des disques durs contenant des informations sur des cas suspects de blanchiment d'argent. Le montant de chacun des dépôts de ces évadés fiscaux irait de 1,5 à 12 millions d'euros, selon une première estimation judiciaire.

"Nous espérons que la liste Borjans sera le début d'une longue coopération avec la Rhénanie du Nord-Westphalie, qui est à l'avant-garde de lutte contre l'évasion fiscale", a indiqué le ministre adjoint grec de la Justice, Dimitris Papaguelopoulos.

Le ministre allemand s'est également entretenu samedi avec le Premier ministre Alexis Tsipras. L'évasion fiscale reste un fléau en Grèce et le gouvernement s'est engagé à la combattre. "Contrairement aux précédents gouvernements, il y a actuellement une volonté politique pour accélérer les procédures de contrôles et lutter contre l'évasion fiscale", a souligné le ministre adjoint des Finances, Tryfonas Alexiadis présent également à la conférence de presse.

N.G. avec AFP