BFM Business

Immobilier : le retour des renégociations de crédits !

-

- - Rawpixel - Pixabay

Avec les taux d'intérêt qui se rapprochent de leurs plus bas historiques, les crédits immobiliers peuvent de nouveau être renégociés. Selon le courtier Vousfinancer, il y a encore quelques milliers voire dizaines de milliers d'euros à économiser.

Avec un taux d'intérêt moyen sur 20 ans qui est retombé à 1,50% en ce mois d'avril, il y a de nouveau matière à renégocier. Le courtier Vousfinancer en est convaincu d'autant que pour les meilleurs profils on peut désormais décrocher du 0,85% sur 20 ans.

Les règles de la renégociation

Pour que renégocier son crédit soit véritablement intéressant le courtier rappelle qu'il faut traditionnellement un point d'écart entre le taux obtenu au départ et celui du moment. Écart qui peut descendre à 0,70 si il vous reste encore beaucoup d'argent à rembourser à la banque et/ou si vous êtes dans les premières années de votre emprunt.

Plusieurs dizaines de milliers d'euros d'économies

Concrètement nous dit Vousfinancer presque tous les crédits souscrits avant la mi-2016 peuvent potentiellement être renégociés avec de fortes économies à la clé.

-
- © -

Le courtier prend ainsi l'exemple d'un crédit de 200 000 euros sur 20 ans. S'il a été souscrit en janvier 2014, vous pourrez économiser plus de 22 000 euros et même plus de 26 000 euros si il date de janvier 2012.

Les « serial renégociateurs »

Au delà des quelques emprunteurs qui avaient raté la vague de 2016, il y a ce que Vousfinancer appelle les « serial renégociateurs ». Ceux qui en sont déjà à leur deuxième voire leur troisième opération. Le courtier évoque notamment le cas d'un emprunteur à Nantes qui avait déjà économisé plus de 36 000 euros en 2015 et qui vient de nouveau de renégocier son crédit avec à la clé encore près de 15 000 euros d'économies. 

Attention tout de même nous dit Vousfinancer : à renégocier trop souvent on risque d'y perdre notamment avec les frais liés au rachat de crédit. Et puis les banques commencent à repérer ces « serial renégociateurs » explique le courtier. Des banques qui sont donc moins séduites par ces profils qui paraissent trop volatiles.

Un frémissement mais pas de grande vague

On restera quoi qu'il en soit très loin des grandes vagues de renégociations qu'on a connu autour de 2016 / 2017. Mais le frémissement est là. Chez Vousfinancer les dossiers de renégociations sont en hausse de 25 % au premier trimestre par rapport à la même période l'an dernier. Même tendance dans les derniers chiffres de la Banque de France. Certes on est encore loin des 60% de 2017, mais la part globale des renégociations est repartie de l'avant passant de 14,6% en décembre 2018 à 18,3% des crédits accordés en février.