BFM Business

Grèce: "Accord de principe" sur des réformes pour sortir de l'impasse

Alexis Tsipras, Premier ministre grec

Alexis Tsipras, Premier ministre grec - LOUISA GOULIAMAKI / AFP

La Grèce est parvenue à un accord avec ses bailleurs de fonds. Le gouvernement a convenu de mesures économiques à mettre en oeuvre en 2019 et 2020 pour continuer de bénéficier du plan d'aide de 86 milliards d'euros consenti en 2015.

Après des mois de discussions, la Grèce et ses créanciers sont parvenus à un "accord de principe" sur les réformes qu'Athènes doit encore faire pour sortir de l'impasse, vendredi lors d'une réunion des 19 ministres de la zone euro à La Valette. "La bonne nouvelle aujourd'hui, c'est que nous avons résolu les gros problèmes concernant les réformes à faire", s'est félicité le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, lors d'une conférence de presse après cette réunion.

"Je veux saluer l'accord de principe qui intervient après plusieurs mois de travail difficile (...) Le moment est venu de mettre fin à l'incertitude sur l'économie grecque", a renchéri le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. 

Remboursement de 7 milliards d'euros en juillet

Le gouvernement grec a convenu des mesures économiques qu'il devait mettre en oeuvre en 2019 et 2020 pour satisfaire ses bailleurs de fonds, ce qui devrait dégager la voie au versement d'une nouvelle tranche de crédit. Une manne d'argent frais dont Athènes aura bientôt besoin puisqu'elle doit rembourser des créances de plus de sept milliards d'euros en juillet.

Depuis des mois, les discussions piétinaient entre Athènes et ces bailleurs de fonds (zone euro et FMI) ce qui bloquait la poursuite du troisième plan d'aide de 86 milliards d'euros consenti en juillet 2015, qui court jusqu'en juillet 2018. Parmi les mesures réclamées à la Grèce visant à rendre son économie plus compétitive: des coupes supplémentaires dans les retraites, un abaissement du seuil d'exonération fiscale et de nouvelles déréglementations des marchés de l'énergie et du travail.

P.L avec AFP