BFM Business

Grandes lignes de la réforme des retraites fin mai-début juin

Nicolas Sarkozy annoncera les grandes lignes de la réforme des retraites fin mai-début juin, a-t-on appris auprès de l'Elysée en marge d'une visite du chef de l'Etat en Haute-Savoie. Les consultations sur cette réforme, dont le président de la République

Nicolas Sarkozy annoncera les grandes lignes de la réforme des retraites fin mai-début juin, a-t-on appris auprès de l'Elysée en marge d'une visite du chef de l'Etat en Haute-Savoie. Les consultations sur cette réforme, dont le président de la République - -

PETIT-BORNAND, Haute-Savoie - Nicolas Sarkozy annoncera les grandes lignes de la réforme des retraites fin mai-début juin, a-t-on appris auprès de...

PETIT-BORNAND, Haute-Savoie (Reuters) - Nicolas Sarkozy annoncera les grandes lignes de la réforme des retraites fin mai-début juin, a-t-on appris auprès de l'Elysée en marge d'une visite du chef de l'Etat en Haute-Savoie.

Les consultations sur cette réforme, dont le président de la République a fait le grand chantier de son gouvernement pour 2010, commencent au début de la semaine prochaine.

L'Elysée n'exclut pas que, dans le cadre de cette réforme, un "effort" soit demandé aux bénéficiaires du bouclier fiscal, qui limite à 50% des revenus totaux d'un contribuable le montant total de ses impôts directs.

"Quand on ouvrira le débat sur les retraites, on voudra peut-être faire quelque chose à un moment ou à un autre pour que la réforme soit perçue comme absolument juste", explique-t-on de même source.

Le chef de l'Etat fera alors des propositions en ce sens, par exemple s'il devait y avoir un prélèvement spécifique pour une catégorie de la population, ajoute la présidence.

En revanche, il n'est pas question de toucher au bouclier fiscal, dispositif phare des premiers mois du quinquennat de Nicolas Sarkozy, maintient l'Elysée.

Pas question notamment de retirer la contribution pour la réduction de la dette sociale (CRDS) ou la contribution sociale généralisée (CGS) des impôts directs pris en compte dans le bouclier fiscal, comme le demandent des responsables de l'UMP, précise-t-on de même source.

"Un bouclier qui laisse passer une flèche n'est pas vraiment un bouclier", explique la présidence de la République.

Ce dispositif est de plus en plus contesté, y compris dans la majorité présidentielle.

La présidence de la République confirme en revanche que le débat sur la taxe carbone est clos.

"On continue à travailler sur la taxe carbone mais on ne fera la taxe carbone que si on obtient une taxe carbone aux frontières de l'Union européenne", explique-t-on de même source.

Le chef de l'Etat rencontrera l'animateur-écologiste Nicolas Hulot, qui a claqué la porte du comité de suivi du Grenelle de l'environnement à la suite de sa décision de reporter sine die ce dispositif, qui devait initialement entrer en vigueur le 1er janvier, puis le 1er juillet.

"Le Grenelle de l'environnement ne se réduit pas à la seule taxe carbone", souligne-t-on de même source.

Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet