BFM Business

Grand débat et 35 Heures : les pistes pour travailler plus

Annonces imminentes sur le temps de travail

Annonces imminentes sur le temps de travail - Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP

Il faudra travailler plus. C'est une des principales annonces qu'Emmanuel Macron s'apprête à détailler jeudi dans une conférence de presse. Mais comment compte-t-il s'y prendre ? Voilà les pistes à l'étude.

Quelles conclusions pour le grand débat national ? On connait déjà les principales mesures de sortie de crise puisque le texte de l'allocution du président a fuité la semaine dernière. Pour le pouvoir d'achat, on s'achemine vers une baisse d'impôts pour les classes moyennes et vers une réindexation sur l'inflation des retraites de moins de 2000 euros. Des mesures qui devront être financées par la suppression de certaines niches fiscales, la baisse des dépenses publiques et - en tout cas c'est ce qu'Emmanuel Macron s'apprêtait à dire la semaine dernière - la nécessité pour les Français de travailler davantage.

Travailler plus, sans toucher aux 35h 

Alors comment tout cela va-t-il se traduire ? A Matignon, en tout cas, on milite pour préserver coûte que coûte la semaine de 35h. Dans l’entourage du Premier ministre, on préfère raisonner sur l’année plutôt que sur la semaine. Car « remettre en cause la durée légale hebdomadaire impliquerait de revenir sur les heures supplémentaires que les Français plébiscitent », nous dit un proche d’Edouard Philippe, qui rappelle leur impact immédiat sur le pouvoir d'achat.

Matignon pousse donc plutôt pour que les salariés travaillent plus longtemps "sur l'année". Et pour cela, il y a deux leviers : supprimer des RTT, ou bien supprimer des jours fériés.

Du côté de Bercy, on ne fait aucun commentaire, mais on rappelle ce constat : les salariés français travaillent moins que leurs voisins européens. Selon l'Insee, la durée de travail effective est de 39h par semaine. C'est 3% de moins que les Allemands, 7% de moins que les Britanniques. Sur un an, l’écart se creuse encore un peu plus, car le nombre de jours de congés est plus importants en France que dans le reste de la zone euro : 32 jours/an contre 25 jours en moyenne.

Partir plus tard à la retraite ?

Si on ne touche pas au temps de travail, une autre piste est possible : amener les Français à partir plus tard à la retraite. Mais comment : en touchant à l’âge légal ? En mettant en place un bonus-malus pour inciter les salariés à travailler plus longtemps ? A ce stade, au regard du caractère explosif du sujet, à Matignon, on s’en tient aux termes du débat. Mais on rappelle qu’à l’arrivée, si les Français doivent travailler plus, ce n’est pas pour gagner plus, mais bien pour financer les promesses de baisses d'impôts et l’avenir du modèle social français.