BFM Business

Gattaz: "Ce sont des charlatans de l'économie"

Pierre Gattaz, invité de Good Morning Business.

Pierre Gattaz, invité de Good Morning Business. - BFM Business

Pierre Gattaz, président du Medef, était l'invité de BFM Business. Il s'en est pris aux programmes de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, ainsi qu'à celui de Benoît Hamon.

"J'essaie de faire une mobilisation générale pour expliquer qu'il y a deux programmes, celui de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qui vont à l'envers du redressement de la France et du plein emploi". Pierre Gattaz n'a pas mâché ses mots ce jeudi sur BFM Business. Le président du Medef a estimé que "la sortie de l'euro [était] une aberration totale" et il a ajouté qu'"une hausse des dépenses publiques (une mesure proposée notamment par les deux candidats) [allait] entraîner des hausses des taxes, des hausses d'impôts, affaiblissant le pouvoir d'achat des Français et réduisant la compétitivité des entreprises".

Le président du Medef va plus loin dans sa critique des candidats puisque le candidat du PS en prend aussi pour son grade. "Les programmes économiques de Mélenchon et d'Hamon sont très proches. On veut travailler moins alors qu'il faut travailler plus. On veut arriver à 32 heures par semaine, ce qui est une aberration. La taxation des robots est une folie furieuse".

"Arrêter de mettre des murs autour de la France"

Concernant la taxe à l'importation, Pierre Gattaz se dit contre. "Il faut arrêter de mettre des murs autour de la France, des lignes Maginot. Ce n'est pas en mettant des taxes à l'importation qu'on sauvera l'industrie française, c'est faux". Le président du Medef va plus loin: "L'industrie, l'entreprise, a besoin de compétitivité et de flexibilité. Ce sont les deux blocs de réformes qu'on attend depuis 30 ans en France". D'après lui, "la mère des réformes est d'augmenter les marges des entreprises car elles sont faibles".

Pour le président du Medef, ces candidats sont "des marchands d'illusion, des charlatans de l'économie. Ce sont des faux programmes économiques. Ils vendent du rêve".

D.L.