BFM Business

Xavier Niel voit toujours Emmanuel Macron comme un "super président"

Emmanuel macron et Xavier Niel lors de l'inauguration de l'Ecole 42

Emmanuel macron et Xavier Niel lors de l'inauguration de l'Ecole 42 - Eric Piermont - AFP

Invité sur Europe 1 à l’occasion du lancement de la nouvelle Freebox, Xavier Niel a confirmé son soutien à Emmanuel Macron. Le fondateur de Free considère que l’action du président de la République est positive et "espère qu'il continuera".

C’est dans l’adversité qu’on reconnait ses amis. Cet adage doit résonner dans les oreilles d’Emmanuel Macron qui compte de moins en moins de soutien. "Ce n’est pas à la mode de le dire en ce moment, mais je crois qu’on a un super président". Cet aveu a été fait ce mercredi par Xavier Niel, PDG fondateur du groupe Iliad, maison-mère de Free, lors de la matinale d’Europe 1. Il poursuit en disant qu’Emmanuel Macron est "quelqu'un qui a envie de faire évoluer le pays. Après, on peut faire des gaffes de fond, de forme. La vie n'est pas un long fleuve tranquille. Mais j'espère qu'il continuera". "C’est courageux", a reconnu l’animateur Nikos Aliagas.

Pour le fondateur de Free, l’image d’Emmanuel Macron masque la réalité. "On a le sentiment qu’il n’aide que les plus aisés. Il est en train de faire des choses fantastiques. Il change la France. Mais dire ça aujourd’hui… Je suis le seul à le faire. Il fait des choses qui peuvent sembler négatives, il a l’image d’être le président des riches, il faut changer ce marqueur. Je l’ai rencontré chez Hollande, il n’a pas changé", estime Xavier Niel qui constate aussi que l’image de la France a changé auprès des investisseurs. "Il y a plein qui viennent à Paris voir ce qu’il s’y passe. C’est une vraie surprise".

Un ascenseur social "en panne"

Le patron reconnait néanmoins la baisse du pouvoir d’achat. "Notre société [Free, NDLR] est née pour offrir plus de pouvoir d’achat", rappelle-t-il, faisant référence à une déclaration d’Arnaud Montebourg en 2014 qui disait de Xavier Niel qu'il a fait plus pour le pouvoir d'achat des Français "que Nicolas Sarkozy en 5 ans". "C’est plus simple pour nous que dans d’autres activités, on est une activité de services et moderne qui se développe dans l’Internet", admet le dirigeant dont le groupe emploie aujourd’hui "une dizaine de milliers de salariés".

Xavier Niel constate néanmoins que l’inquiétude des Français repose aussi sur un ascenseur social en panne. "L’OCDE le confirme, mais il y a plein de choses qui prouvent qu’on peut s’en sortir […] On peut mieux faire qu’avant. Aujourd’hui, on peut créer une start-up avec un ordinateur et une connexion internet. Pour réussir, mes grands-parents auraient dû créer une usine, avoir beaucoup de fonds. Ils n’auraient jamais pu le faire. C’est plus facile aujourd’hui, mais ce n’est pas perçu comme ça".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco