BFM Eco

SNCF: "retour progressif a priori à la normale", ce lundi annonce Jean-Baptiste Djebbari

Sur BFMTV, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat aux Transports, annonce une reprise du trafic ferroviaire dès demain. Il confirme que la justice devra déterminer si le mouvement est légal.

Droit de rentrait ou grève surprise, se sera donc à la justice de le dire. En attendant, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat aux Transports a annoncé sur notre antenne que les choses rentrent peu à peu dans l'ordre. Prenant toutes les précautions, il avance que ce lundi, on pouvait s'attendre à "un retour progressif à priori à la normale du trafic OuiGo". Le secrétaire d'Etat ajoute que "le trafic transilien sera normal avec une reprise en Normandie et en Bretagne".

Jean-Baptiste Djebbari confirme que depuis le début de ce mouvement, trois millions de personnes devant voyager ont été bloquées sans pouvoir prendre de disposition. Il maintient que cet arrêt de travail est un grève sauvage et non comme le présentent les syndicat de la SNCF l'usage du droit de retrait. 

"Le droit de retrait est accessible à tous français quand il y a des risques graves pour la sécurité", explique le secrétaire d'Etat aux Transports en précisant que ce mouvement a été suivi par "des conducteurs de TGV, non concernés, c'est donc une grève".

Sur BFMTV, Benjamin Amar, direction nationale de la CGT conteste: "On se donne rendez-vous devant la justice".

A la demande du gouvernement, la direction de la SNCF a annoncé qu'elle allait s'engager dans une voie judiciaire pour déterminer la nature du mouvement et donc sa légalité. En attendant, Jean-Baptiste Djebbari annonce qu'il y aura "des sanctions individuelles" en précisant "tout gréviste doit se déclarer individuellement" et que les absences pourraient être "considérées comme un abandon de poste". 

Concernant le chauffeur du TER accidenté, le secrétaire d'Etat rappelle que son comportement a été exemplaire. "J'ai été opérateur, je sais de quoi il s'agit. Le conducteur sera cité à l'ordre de la SNCF". 

Pascal Samama