BFM Business

Prélèvement à la source: une mesure qui ne séduit pas les petits patrons

VIDÉO - Édouard Philippe l'a confirmé. Le prélèvement de l'impôt à la source entrera en vigueur au 1er janvier 2019. Une réforme qui agace certains chefs d'entreprise.

Ils espéraient un report de la mesure ou son abandon. Des petits patrons se disent consternés par le choix de l'exécutif de maintenir l'entrée en vigueur du prélèvement à la source au 1er janvier 2019. 

"Cela va avoir un coût financier mais aussi organisationnel", indique Samuel Cette. "Cela nous avait été présenté comme un élément de simplification mais il n'en est rien ni pour le salarié ni pour l'entreprise", ajoute le président de la Confédération des PME de Haute-Garonne.

Si les entreprises vont devoir investir afin notamment de mettre à jour leurs logiciels de paie, un rapport parlementaire estime que cette mesure ne va leur coûter qu'entre 3 et 4 euros par an et par salarié.

Les dirigeants craignent une détérioration de leurs relations avec les salariés 

Matthieu Widemann aurait préféré un report de l'entrée en vigueur du prélèvement à la source. Un délais supplémentaire de 12 à 24 mois aurait été bénéfique pour se préparer financièrement et matériellement. "On a eu vent de difficultés techniques sur cette opération donc on est inquiets", confie cet avocat. 

Comme d'autres adhérents de la CPME de Haute-Garonne, ses craintes se portent notamment sur les nouvelles relations qu'il va devoir entretenir avec ses salariés. "Dans nos entreprises le sujet reste toujours la partie sociale et il est important que ça se passe bien. Or [le prélèvement à la source] va être un élément de difficulté supplémentaire dans nos entreprises", estime-t-il.

Une position partagée par Marie-Antoinette Campagna, une autre adhérente de cette organisation patronale: "les salariés vont se tourner vers moi. Il va y avoir un travail d'explication, de renseignement, de pédagogie". 

De son côté, le Medef a estimé qu'un certain nombre d'inquiétudes n'ont pas été levées, ajoutant qu'il ferait tout pour que "cela se passe le mieux possible pour les entreprises". 

A.M.