BFM Business

Prélèvement à la source: gare aux faux emails de remboursement

L'administration ne procède à aucun remboursement par mail ni ne demande d'informations personnelles par téléphone.

L'administration ne procède à aucun remboursement par mail ni ne demande d'informations personnelles par téléphone. - Philippe Huguen - AFP

Profitant de l'entrée en vigueur du prélèvement à la source, des arnaqueurs envoient des emails aux couleurs des services fiscaux promettant le remboursement d'un trop-perçu. Leur unique intention : dérober des informations personnelles.

Le phishing -ou hameçonnage- est une pratique veille comme le web. Cette technique consiste à prendre l'identité d'une administration ou d'un prestataire de services pour dérober les données bancaires d'internautes un peu trop crédules. La mise en place du prélèvement à la source, qui entraîne tout un lot de changements et de nombreuses communications de la part de l'administration fiscale, est une opportunité trop belle pour ces escrocs.

Des messages avec l'entête du ministère de l'Econome ou de la direction des finances publiques (DGFIP) promettant le remboursement d'un trop perçu circulent, selon 20 Minutes. Pour recevoir la somme, il faut cliquer sur un lien et fournir ses données personnelles et bancaires. Ces mails sont des faux, l'administration fiscale ne procédant jamais ainsi.

Certains arnaqueurs œuvrent aussi par téléphone, selon des informations de France Bleu. Ils proposent à leur victime de fixer un rendez-vous qui servira à explique le fonctionnement de la réforme du prélèvement à la source. Là encore, ce n'est pas dans les manières de procéder de Bercy.

Face à ce phénomène l'administration a rappelé dans un tweet "qu'elle ne procède à aucun remboursement par mail ni ne demande d'informations personnelles par téléphone". La conduite à tenir: ne pas répondre à ces demandes.