BFM Business

La Banque de France inaugure le plus grand coffre-fort à cash d'Europe

Le centre de tri des billets et pièces, qui s'étend sur 16.000 m², est aussi sécurisé qu'une centrale nucléaire, assure la Banque de France.

Le centre de tri des billets et pièces, qui s'étend sur 16.000 m², est aussi sécurisé qu'une centrale nucléaire, assure la Banque de France. - Crédits: Takuji Shimmura

La Banque de France a inauguré ce mardi son nouveau centre de tri des billets et de pièces près de Paris. Ultra-sécurisé et automatisé, ce site est le plus grand d'Europe. Plus d'un milliard de coupures en euros y transiteront.

"Superbe", "une grande réussite", une "prouesse"... le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, n'a pas tari d'éloges pour qualifier le nouveau site de Paris-La Courneuve, lors de son inauguration ce mardi.

Bâti sur une ancienne friche industrielle, le site a été construit en cinq ans pour un investissement de 170 millions d'euros. S'étalant sur plus de 20.000 m², il comprend la nouvelle succursale de la Banque de France en Seine-Saint-Denis et surtout un gigantesque centre fiduciaire, chargé de trier les pièces et les billets de toute l'Île-de-France, soit 1,1 milliard de coupures.

Fait de blocs blancs au design rectiligne et moderne dessinés par l'architecte Jean-Paul Viguier, le centre contient un immense coffre-fort à cash qui culmine à 27 mètres de hauteur, soit le plus grand d'Europe.

Entre les lasers pour détecter les tentatives d'intrusion et les multiples barrières défensives, le bâtiment, par lequel va transiter des milliards d'euros en liquide, est équipé des "dernières innovations en matière de sécurité pour résister à tous types d'attaques", a assuré le gouverneur de la Banque de France.

Le coffre-fort du site culmine à 27 m de hauteur, soit le plus haut d'Europe.
Le coffre-fort du site culmine à 27 m de hauteur, soit le plus haut d'Europe. © Crédits: Takuji Shimmura

Le site automatisé le plus "important du continent"

À l'intérieur, on se sentirait presque dans un entrepôt Amazon dernier cri. Les tapis roulants côtoient des bras mécaniques qui répartissent les cartons de billets déposés par les transporteurs de fonds.

Le cash, stocké dans le coffre-fort, transite ensuite dans des ateliers où des machines trient jusqu'à 33 billets à la seconde, soit au total plusieurs millions par jour. Des capteurs identifient les coupures valides, qui sont alors séparées de celles trop usagées et des contrefaçons.

Les premières, mélangées avec des neuves, sont remises en circulation et les secondes sont déchiquetées puis jetées avec les déchets usuels. Quant aux billets présumés faux, ils partent dans une salle où des personnes sont chargées de les authentifier définitivement et de les détruire. Les fausses coupures sont très rares dans la zone euro, seuls 0,003% des billets triés par les banques centrales le sont.

Les cartons remplis de billets sont classés et déplacés par des engins automatisés.
Les cartons remplis de billets sont classés et déplacés par des engins automatisés. © Crédits: Takuji Shimmura

Outre cette tâche d'authentification, peu d'intervention humaine est nécessaire. Fini de porter les cartons, la centaine d'agents sur place a essentiellement des missions de "pilotage" et de "supervision", explique le directeur du centre Erick Lacourrège. Dans son discours, François Villeroy de Galhau a loué cette "réduction des tâches fastidieuses" dans ce centre automatisé, "le plus important du continent européen".

Mais qui dit robotisation dit aussi moins de personnel. Le site de Paris-La Courneuve est un regroupement des caisses d'Île-de-France, dont celle de la capitale située au siège de l'institution dans le 1er arrondissement. Les nombreux départs en retraite ont suffi à "rationaliser" les effectifs, a affirmé Erick Lacourrège. "Notre cap est d'offrir le meilleur service à un coût maîtrisé", a insisté François Villeroy de Galhau.

Le cash encore très utilisé en France

Outre celui de Paris-La Courneuve, qui accueillera les premiers transporteurs de fonds à partir du mois de mai, un autre centre automatisé est déjà en service dans les Hauts-de-France. Avec ces deux sites, la France est "pionnière" au sein de la zone euro, s'est félicité François Villeroy de Galhau. Toutefois, l'Allemagne et la Belgique devraient prochainement se doter d'équipements similaires.

À l'ère des achats en ligne et du paiement sans contact, investir dans de telles installations peut sembler contre-productif. Surtout que le gouverneur français le reconnaît lui-même: "l'usage des espèces s'érode". Mais, même s'ils baissent, les paiements en cash restent significatifs, ils représentent encore plus des deux tiers des transactions dans l'Hexagone.

Et puis c'est une des missions principales de la Banque de France que de "garantir aux Français le libre choix des moyens de paiement", a rappelé François Villeroy de Galhau, ajoutant que la monnaie en liquide reste la moins contrefaite et celle en laquelle les citoyens ont le plus confiance en temps de crise.

Jean-Christophe Catalon