BFM Business

Gilets jaunes: Matignon annonce la suppression de deux mesures de novembre... avant de les confirmer

Matignon avait annoncé mardi après-midi l'abandon de l'extension du chèque énergie, du relèvement du barème kilométrique et du doublement de la prime à la conversion pour les gros rouleurs. Avant de faire marche arrière en début de soirée.

En titre de la précédente version de cet article, nous annoncions que Matignon avait l'intention de renoncer à une partie des mesures annoncées par Edouard Philippe mi-novembre au début du mouvement des "gilets jaunes", au motif que certaines d'entre elles ne s'imposaient plus en raison notamment de l'annulation de la hausse des taxes sur le carburant: il s'agissait d'abandonner l'extension du chèque énergie et le doublement de la prime à la conversion. Mais en ce début de soirée, Matignon annonce que finalement, ces mesures sont bien maintenues. "On n'allait pas être compris, on a appris de nos erreurs, on a appelé Edouard Philippe, qui a dit 'stop, on arrête tout'", rapporte à BFMTV un proche du Premier ministre.

"Après discussion avec les parlementaires de la majorité, le gouvernement maintient l'ensemble des mesures annoncées par le Premier ministre en novembre. L'accompagnement de la transition écologique sera l'un des enjeux clefs du futur grand débat national", a indiqué une source à l'AFP. Selon nos informations, ces mesures confirmées par Matignon provenaient de Bercy.

Le gouvernement confirme l’augmentation de 50 € du chèque énergie pour tous les bénéficiaires actuels. Il maintient donc l’extension du chèque énergie à 2 millions de nouveaux bénéficiaires, à hauteur de 60 euros annuels dans le projet de loi de finances (PLF).

S’agissant des ménages qui se déplacent beaucoup pour aller travailler, le gouvernement a invité les partenaires sociaux à engager une négociation sur la prime mobilité. Il maintient le doublement de la prime à la conversion pour les ménages les plus modestes, et les crédits prévus dans le projet de loi de finances pour la prime à la conversion ne seront pas diminués, compte tenu du fort dynamisme de ce dispositif.

Le relèvement du barème kilométrique et le doublement de la prime à la conversion pour les actifs qui se déplacent beaucoup feront donc toujours partie du budget.

Pascal Samama avec Camille Langlade