BFM Business

De la Normandie à la méditerranée: des éoliennes bientôt installées au large des côtes françaises

Les éoliennes ont produit près de 10.000 megawatts

Les éoliennes ont produit près de 10.000 megawatts - TOBIAS SCHWARZ / AFP

C’était un engagement d’Edouard Philippe lors de son discours de politique générale. La France va tenter de combler son retard sur l’éolien en mer. A l'occasion d’un déplacement, François de Rugy a lancé le premier projet de parc éolien en mer français à Saint-Nazaire, et annoncé le lauréat de l’appel d’offres du parc qui sera construit au large de Dunkerque.

"Le développement des énergies renouvelables en mer, et notamment de l'éolien en mer, est une composante majeure de la stratégie de la France en matière de transition énergétique", écrit dans un communiqué le gouvernement qui a décidé d’accélérer le déploiement de l’éolien de la France pour en faire "un leader en matière d’énergie marine renouvelable".

Il faut dire que pour l’instant la France ne compte aucune éolienne en mer, alors que l’Europe du Nord en a déjà installé près de 5000.

Au total, 80 éoliennes, produites à Saint-Nazaire par Général Electric, seront installées en mer d’ici à 2022. Le projet était dans les cartons depuis sept ans, mais avait été ralenti par les recours d’associations et d’habitants. Il y a quelques jours, le Conseil d’État a levé les derniers obstacles au chantier, en rejetant ces requêtes.

Une énergie renouvelable rentable

"Le vent étant plus fort et plus régulier en mer, les éoliennes y tournent environ deux fois plus que sur terre", selon le gouvernement. Les éoliennes installées en mer sont par ailleurs en moyenne deux à quatre fois plus grandes que les éoliennes terrestres, et produisent donc plus d'énergie.

Les éoliennes de Saint-Nazaire devraient permettre, selon François de Rugy, de couvrir 20% de la consommation électrique de Loire-Atlantique et de générer 8 millions d’euros par an de recettes fiscales pour les collectivités locales et les pécheurs.

Dans les autres pays européens, notamment au Danemark et en Angleterre, les parcs éoliens en mer fournissent de l’électricité à un coût inférieur au nucléaire.

De nouveaux projets

Par ailleurs, François de Rugy annonce sa décision de retenir le groupement composé d’EDF Renouvelables, Innogy et Enbridge, pour la construction et l’exploitation du parc éolien de Dunkerque. D’une puissance de près de 600 MW et composé d’environ quarante-cinq éoliennes, il devrait permettre de couvrir la consommation de 500 000 foyers français à partir de 2026, pour un tarif inférieur à 50 €/MWh. "Un tarif comparable aux meilleurs résultats européens"

Enfin, François de Rugy a annoncé l’augmentation des objectifs des énergies marines renouvelables fixés par la France, de 750 MW par an d'ici 2024, à 1 GW par an.

"Plusieurs projets déjà lancés permettront de commencer à y répondre, notamment celui du parc de 1000 MW, prévu au large de la Normandie et qui fera bientôt l’objet d’un débat public".

Trois appels d'offres pour des parcs éoliens flottants commerciaux, une première en Europe, seront par ailleurs lancés, le premier attribué au sud de la Bretagne, les deux autres en Méditerranée, dans les régions Occitanie et PACA.

Marie Dupin (RMC)