BFM Eco

Cette mairie distribue des primes de 300 euros aux agents n'ayant jamais été absents dans l'année

La mairie de Colombes (Hauts-de-Seine) a accordé fin 2018, 300 euros à ses agents municipaux n'ayant jamais été absents (hors congés de maternité ou paternité) l'an passé. Ce montant s'ajoute à la prime d'assiduité de 250 euros distribuée en dessous de 5 jours d'absence.

Si la prime d'assiduité a fait des émules parmi les mairies, confrontées souvent à la multiplication d'absences de courte durée chez leurs agents municipaux, la ville de Colombes (Hauts-de-Seine) a renforcé son dispositif.

Cette mairie francilienne, forte de 84.000 habitants, a accordé fin 2018 une prime exceptionnelle de 300 euros à ses agents municipaux n’ayant déclaré aucune absence en 2018, selon Le Parisien. Ce versement s'ajoute à la prime d'assiduité de 250 euros que touchent déjà les salariés de cette mairie ayant été absents moins de 5 jours (hors congés de maternité ou paternité) dans l'année.

Environ 1000 fonctionnaires municipaux de Colombes (un peu plus de 50% de l'effectif total) correspondent à ces critères (aucune absence l'an passé) et ont donc reçu 550 euros (300 + 250 euros) de prime.

À Colombes, le taux d'absentéisme a chuté de 62% à 42%

Selon le quotidien, la maire de Colombes, Nicole Goueta (LR) a adressé une lettre au personnel municipal dans laquelle elle indique que son "plan de lutte contre l’absentéisme" a porté ses fruits: en 2016, la proportion d’agents absents "s’élevait à 62 %" contre 42 % actuellement.

De nombreuses autres mairies de France ont instauré des primes d'assiduité ou de présence, récompensant leurs employés municipaux ayant déclaré peu d'absences. Le montant de la prime et le seuil d'absence au-delà duquel la prime n'est pas versée (avec des paliers de dégressivité parfois) varient selon les communes ayant décidé d'appliquer une telle mesure. La prime d'assiduité est considérée par les exécutifs municipaux comme efficace pour lutter contre l'absentéisme au travail. 

Frédéric Bergé