BFM Business

Vidéo - Fleur Pellerin en appelle à la responsabilité des entreprises

La ministre s'est dit consciente des difficultés des entreprises

La ministre s'est dit consciente des difficultés des entreprises - -

La ministre déléguée aux PME a expliqué que les contreparties au crédit d'impôt pour la compétitivité ne seront que morales.

Invitée de BFM Business dans l'émission de Stéphane Soumier, lundi 3 décembre, Fleur Pellerin a détaillé le dispositif de crédit d'impôt pour la compétittivité et l'emploi (CICE), examiné lundi après-midi par les députés. "Nous ne souhaitons pas que cet air que le gouvernement va donner aux entreprises se transforme en dividendes, mais en emploi et en investissements. Cet instrument n'est pas fait pour verser des dividendes ou reconstituer de la trésorerie", a déclaré la ministre déléguée chargée des PME. Même si elle admis qu'il serait possible d'utiliser le CICE pour reconstituer sa trésorerie.

Quant aux contreparties, elles ne seront pas "sous forme de conditionnalités. Nous tablons beaucoup plus sur le sens des responsabilités des entreprises, que de leur imposer une utilisation particulière du CICE. C'est un comportement responsable que nous allons demander aux entreprises envers l'emploi et l'investissement. Elles auront un engagement moral à se comporter de manière vertueuse, dès lors qu'elles auront à informer les comités d'entreprises, et la structure nationale que nous allons mettre en place pour suivre la réalité des engagements et ce qui est fait de l'argent".

Situation difficile

Elle a justifié que le CICE s'arrête à 2,5 Smic sans effet de sifflet par la volonté d'instaurer "un dispositif simple et lisible, qui ressemble au crédit impôt recherche". Par ailleurs, la ministre a confirmé une seconde loi pour "février 2013", axée sur la sécurisation de l'emploi.

Enfin, elle a admis que "la situation économique est effectivement difficile. Nous savons que l'autofinancement des entreprises a considérablement baissé: il est aujourd'hui de 64%. Les marges ont aussi considérablement baissé: elles sont de 28% à 30% selon les secteurs. Et les PME ont actuellement des gros problèmes de trésorerie". D'où la mesure prise dans le pacte de compétitivité pour allonger le crédit des PME, "une mesure qui coûte 500 millions d'euros à l'Etat", a souligné Fleur Pellerin.

Demain, Fleur inaugurera la neuvième édition de l'événement LeWeb, dédié aux start-ups de l'internet.

BFMbusiness.com