BFM Business

Sondage: 3 Français sur 4 prévoient des hausses d’impôts locaux

Les Français craignent notamment une hausse de la taxe d'habitation.

Les Français craignent notamment une hausse de la taxe d'habitation. - Philippe Huguen - AFP

Interrogés par Opinionway pour BFM Business et Le Figaro, les contribuables rejettent massivement l’augmentation de la pression fiscale exercée par les collectivités locales. Et donnent des pistes aux élus pour y parvenir.

Les Français ne se font plus d'illusions. Ils ne croient pas que leurs impôts locaux puissent baisser en 2015. Bien au contraire. Selon le sondage réalisé par Opinion Way pour le compte de Axys Consultants, BFM Business et Le Figaro, 74% d’entre eux tablent sur une hausse de la fiscalité locale et 24% sur une stabilité. Un point de vue partagé par toutes les catégories de la population.

Et ce même si cette critique sous-jacente de l’inflation fiscale est plus soutenue à droite qu’à gauche. Les électeurs du Modem, de l’UMP et du FN sont, à plus de 80%, persuadés que les collectivités locales vont encore accentuer la pression fiscale en 2015 alors qu’ils ne sont que 60% à le penser parmi les sympathisants du PS.

Une hausse déjà programmée

A vrai dire, cette crainte est fondée. Car, cette année, les impôts vont bel et bien augmenter même dans les communes, les départements et les régions dont les élus décident de ne pas revoir à la hausse les taux des taxes foncières et d’habitation. Cette inéluctable augmentation est imputable au gouvernement. Ce dernier a construit son budget en tablant sur 0,9% d’inflation cette année alors que les prix à la consommation devraient finalement augmenter deux fois moins vite, selon la plupart des prévisions. Le Parlement a donc, à sa demande, décidé dans le budget 2015 de revaloriser de 0,9% les valeurs locatives qui servent à calculer ces impôts locaux 

Pour en savoir plus,cliquez ici

Ce coup de pouce indirect aux collectivités locales est destiné à compenser la baisse des aides financières que l’Etat leur accorde. Mais les Français ne l’entendent pas de cette oreille. Opinionway leur a demandé quelle piste il conviendrait de favoriser pour compenser la baisse des aides de l’Etat. Pour 83% des personnes interrogées, la réponse est simple: baisser les dépenses. Et quand on leur demande de quelle façon, ils sont 37% à répondre qu’il faudrait réduire le nombre de fonctionnaires. Cette solution arrive en deuxième position derrière l’évaluation de l’efficacité des dépenses pour réduire le gaspillage (75% de réponses positives).

La réduction des dépenses sociales est, elle, approuvée, par 26% des personnes interrogées. Ce sujet est sans doute celui qui divise le plus les Français. 7% seulement des sympathisants de la gauche radicale y sont favorables alors que 48% des électeurs qui se disent proches du Front national approuveraient une telle mesure (36% à l’UMP, 16% au Modem, 15% au PS). Seule la fermeture des écoles et la limitation des horaires d’ouverture des services publics municipaux sont massivement rejetées par la quasi-totalité des Français, toutes tendances confondues.

Méthodologie : pour réaliser ce sondage, l’institut Opinionway a interrogé par internet les 18 et 19 février 2015, 1.006 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Pierre Kupferman