BFM Business

Retraites complémentaires: les Français divisés face au report de l'âge de départ

Un couple de personnes âgées.

Un couple de personnes âgées. - Illustration Damien Meyer - AFP

Alors que les syndicats et le patronat se retrouvent vendredi pour une nouvelle séance de négociation sur l’avenir des régimes de retraites complémentaires, un sondage montre que les Français sont partagés quant aux solutions à adopter.

Même si une solution est trouvée par les syndicats et le patronat ce vendredi, la question devrait continuer de diviser l’opinion. Les deux parties se retrouvent en effet pour une sixième séance de négociation sur l'avenir financier des régimes de retraites complémentaires Agirc (cadres) et Arrco (tous les salariés du privé), fortement déficitaires.

Mais à en croire un sondage Odoxa pour Les Echos, Radio Classique et FTI Consulting dévoilé jeudi, aucune tendance ne se dégage au sein de la population quant aux solutions à adopter. Près de la moitié (47%) des Français estime ainsi qu'inciter les salariés à travailler jusqu'à 65 ans serait une solution plus efficace que la hausse des cotisations patronales. Tandis que 52% ont estimé que "la solution la plus efficace consisterait à faire porter l'essentiel de l'effort sur une hausse des cotisations patronales". Le reste des personnes interrogées (1%) ne se sont pas prononcées.

Les jeunes bien plus pessimistes

Ces résultats sont plus contrastés selon les opinions politiques. Ainsi, 66% des sympathisants de gauche choisissent la hausse des cotisations patronales comme solution la plus efficace, et 59% des sympathisants de droite l'incitation à travailler plus longtemps.

En revanche, une grande majorité des sondés n'étant pas encore retraités se montre pessimiste quant à l'avenir du système actuel de retraite, 84% d'entre eux estimant que l'âge auquel ils auront "le droit" de partir à la retraite ne sera pas "le même qu'aujourd'hui". Ils sont encore plus nombreux (85%) à penser que leur future pension ne sera pas "du même montant que le montant actuel prévu pour les retraités tels" qu'eux, et 71% à croire que "le système actuel par répartition ne fonctionnera pas toujours tel qu'il fonctionne aujourd'hui".

Les 25-34 ans sont les plus pessimistes sur ces questions, seuls 8% pensant que l'âge de départ sera le même, et 18% pensant que le système par répartition fonctionnera toujours tel quel, contre respectivement 29% et 44% chez les 50 ans et plus.

Sondage réalisé en ligne les 8 et 10 octobre auprès d'un échantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Y.D. avec AFP