BFM Business

Retraites complémentaires: bras de fer entre syndicats et patronat

Laurent Berger estime les propositions du Medef "inacceptables".

Laurent Berger estime les propositions du Medef "inacceptables". - Thomas Samson - AFP

Pour la CFDT, les propositions du Medef sur le financement des retraites complémentaires sont "inacceptables". Un compromis semble difficile à trouver.

Les négociations semblent mal parties. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a réaffirmé que les propositions du Medef pour le financement des retraites complémentaires sont "inacceptables" et a reconnu qu'"un compromis" sera "difficile" à trouver pour sortir les régimes Agirc (cadres) et Arrco (salariés) de leurs difficultés financières. Vendredi, jour de la prochaine séance de négociation entre partenaires sociaux, "chacun va être mis au pied du mur", a estimé Laurent Berger sur iTELE.

Le numéro un de la CFDT a souligné qu'"un accord a toujours été trouvé depuis 1947" sur le financement des régimes de retraite complémentaire. "Il y a une grosse responsabilité qui pèse sur nos épaules", a-t-il estimé. Selon lui, "le Medef voudrait se servir de cette négociation pour repousser l'âge" de départ à la retraite avec sa proposition d'abattement sur les pensions jusqu'à 64 ans. "C'est inacceptable".

Des efforts partagés

"Il faut des efforts partagés" entre les entreprises, les salariés et les retraités et "trouver un compromis", mais "ce sera difficile", a-t-il admis. Laurent Berger ne veut pas "se laisser embarquer par les propositions du patronat qui seraient dramatiques parce que cela repousserait l'âge" de départ et ferait baisser le montant des pensions.

Il a rappelé les propositions de son syndicat, notamment l'instauration d'une "contribution de solidarité intergénérationnelle" de 4% pendant deux ans pour les nouveaux retraités.

D. L. avec AFP