BFM Business

Réforme des APL: le gouvernement justifie les économies qu'il veut faire

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement.

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement. - Loïc Venance - AFP

Dans quelques jours, certains ménages verront leur aide personnalisée au logement réduite, voire supprimée. Une réforme vivement critiquée par plusieurs associations. Le gouvernement tente d'éteindre l'incendie.

À partir du 1er octobre 2016, un projet de décret prévoit d’intégrer dans les bases de calcul des aides personnelles au logement (APL) le patrimoine des ménages dépassant 30.000 euros. Mais plusieurs associations se sont élevées contre cette mesure, craignant notamment que les familles et les épargnants les plus fragiles, titulaires de livrets d’épargne défiscalisés (Livret A, LDD, LEP) -les produits d'épargne les plus répandus en France- soient, eux, aussi touchés. Autres victimes collatérales de la réforme selon elles: les ménages qui ont hérité d'un bien en indivision ou acheté et rénové un logement en vue d'une reconversion professionnelle ou, tout simplement, d'un départ à la retraite.

Une avalanche de critiques qui a conduit le gouvernement à s’expliquer. Tout d’abord, les détenteurs "modestes" de livrets A ne seront pas impactés car "l'encours moyen d'un livret A est aujourd'hui d'environ 4.000 euros, bien en deçà du seuil d'application de la mesure de 30.000 euros", a tempéré le ministère du Logement, cité par La Tribune.

Une aide "plus juste socialement"

Dans un communiqué, le ministère du Logement martèle de son côté que "cette réforme concerne uniquement les personnes payant un loyer anormalement élevé, les personnes ayant un certain niveau de patrimoine ou celles dont le foyer fiscal est assujetti à l’ISF". D’une manière générale, précise-t-il, son objectif est de...

Cliquez ici pour lire la suite

J.M.