BFM Business

Quel est le patron du secteur public le mieux payé?

Le patron de la SNCF Guillaume Pepy touche le plafond de 450.000 euros bruts par an

Le patron de la SNCF Guillaume Pepy touche le plafond de 450.000 euros bruts par an - AFP Geoffroy van der Hasselt

Désormais plafonné à 450.000 euros par an, le salaire des dirigeants du public varie du simple au double selon les entreprises. Tour d’horizon.

Depuis le plafonnement salarial instauré au début du mandat de François Hollande, les dirigeants des entreprises publiques ne peuvent plus gagner plus de 450.000 euros bruts annuels. Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne, comme en témoignent un document de Bercy concernant l’année 2016.

Dans le détail, seuls quatre dirigeants atteignent le plafond de manière certaine: il s’agit de de Jean-Bernard Levy (EDF), Philippe Wahl (La Poste), Guillaume Pépy (SNCF) et Marie-Christine Lombard (Geodis).

D’autres possèdent dans leur contrat un bonus variable leur permettant d’atteindre le seuil des 450.000 euros, à l’image du directeur général de la BPI Nicolas Dufourcq (400.000 euros de salaire fixe); de Jean-Pierre Farandou, le président du directoire de Keolis (350.000 euros de salaire fixe), d’Augustin de Romanet, patron d’Aéroports de Paris (350.000 euros de fixe), ou d'Hervé Guillou, PDG de DCNS (303.600 euros de fixe).

Proches du plafond figurent aussi le directeur général d'Areva Philippe Knoche (420.000 euros de fixe); la PDG de la RATP Elisabeth Borne (jusqu'à 400.000 euros dont 300.000 de fixe); le président du directoire de la Banque postale Rémy Weber (360.000 euros de fixe); ou la PDG de la Française des jeux Stéphane Pallez (jusqu'à 320.000 euros dont 260.000 de fixe).

Député de l’Isère jusqu’à 2015, François Brottes, désormais président du directoire de RTE, devrait toucher 250.000 euros en 2016.

Pas de plafond chez Orange ou Engie

Delphine Ernotte, la nouvelle patronne de France Télévisions, émarge de son côté à 322.000 euros, une part variable pouvant faire grimper ce chiffre à 400.000 euros. Le salaire de Mathieu Gallet, son homologue chez Radio France, s’élève lui à 185.000 euros annuels, plus 37.000 euros de part variable. C’est moins que Véronique Cayla, présidente du directoire de Arte France (227.600 euros de part fixe).

Les moins biens payés sont les présidents de conseil de surveillance d'aéroports (Lyon, Nice, Bordeaux...), qui touchent pour cela seulement 12.000 euros par an.

En ce qui concerne les entreprises dans lesquelles l’État n’a qu’une participation minoritaire, pas question de plafond. En 2015, le PDG d’Orange Stéphane Richard a ainsi touché 1,4 million d’euros, bonus compris. Gérard Mestrallet, patron de Engie (ex-GDF Suez), a lui gagné 1,6 million. Alexandre de Juniac, l’ex PDG d’Air France-KLM, a lui empoché plus d’un million d’euros (600.000 euros de fixe plus 462.000 euros de bonus).