BFM Business

Prélèvements obligatoires: la France ravit la première place au Danemark

La France, championne de la fiscalité.

La France, championne de la fiscalité. - Bertrand Guay - AFP

En 2016, le pourcentage d'impôts et de cotisations sociales que paient les salariés et les entreprises atteignait en France 47,6%. C'est plus qu'au Danemark, jusqu'alors champion du monde.

La France est le pays de l'Union européenne dont la richesse produite par ses contribuables a été la plus ponctionnée en 2016. C'est ce que révèle ce jeudi l'Office européen de statistiques Eurostat. Le ratio recettes fiscales/PIB, c'est-à-dire la somme des impôts et des cotisations sociales nettes en pourcentage du PIB, s'élève à 47,6% en France, contre 47,3% au Danemark et 46,8% en Belgique. Loin donc devant l'Allemagne (40,4%). À l'autre extrémité on trouve l'Irlande (23,8%), la Roumanie (26,0%) et la Bulgarie (29,0%).

Au sein de la zone euro, la moyenne atteint désormais 41,3% du PIB contre 40% pour l'ensemble de l'UE. Cette comparaison européenne est d'autant plus intéressante qu'elle n'est pas sujette à caution: "Les indicateurs fiscaux sont compilés dans un cadre harmonisé sur la base du système européen des comptes, permettant une comparaison précise des systèmes fiscaux et politiques fiscales entre États membres de l'UE", explique en effet Eurostat dans son communiqué.

La France, championne des cotisations sociales

Pour autant, la répartition de la pression fiscale diffère d'un pays à l'autre. Ainsi, c'est en Suède que la part des impôts sur la production et les importations est la plus élevée (22,6%) et c'est, sans surprise, en Allemagne, champion d'Europe de l'export, qu'elle est la plus faible (10,9%).

Côté impôts sur le revenu et sur le patrimoine, le Danemark reste champion (30,0%), suivi de la Suède (18,8%). La France s'impose elle sur le terrain des cotisations sociales (18,8%), devant l'Allemagne (16,7%) alors que le Danemark réduit au strict minimum la participation directe des entreprises et de leurs salariés au système de protection sociale du pays. Le ratio cotisations sociales/PIB se limite à 1%. C'est le plus bas niveau de l'UE. Et pour cause: au Danemark, les prestations sociales sont très majoritairement financées par l'impôt.

En passant devant le Danemark, la France s'impose sans doute aussi au niveau mondial comme le pays où le niveau des prélèvements obligatoires est le plus élevé. Dans une étude de l'OCDE datant de décembre 2015, le Danemark se classait en effet sur la plus haute marche du podium... devant la France. Et il y a peu de chances qu'entre temps, un autre pays se soit hissé au-dessus de ces deux poids lourds de la fiscalité.

D. L. avec AFP