BFM Business

Pierre Moscovici: "Un budget 2014 qui veut soutenir la croissance"

Au micro de BFMTV, Pierre Moscovici a apporté plus de précisions sur les grandes lignes du Budget 2014 annoncé ce mercredi matin.

Au micro de BFMTV, Pierre Moscovici a apporté plus de précisions sur les grandes lignes du Budget 2014 annoncé ce mercredi matin. - -

Pierre Moscovici a livré les premières grandes lignes du Budget 2014, ce mercredi 11 septembre. Au micro de BFMTV, le ministre de l'Economie et des Finances a apporté plus de précisions.

Pierre Moscovici a présenté, ce mercredi 11 septembre, la prévision de croissance et de déficit pour 2014 sur lesquelles va s'appuyer le Budget 2014.

Le ministre a confirmé ses déclarations du matin, au micro de BFMTV, assurant que la croissance serait bien au rendez-vous, et expliquant que le Budget s'appuierait sur une réduction des dépenses.

"C'est un budget qui veut d'abord soutenir la croissance et qui veut créer de l'emploi" a soutenu le ministre de l'Economie.

Pour cela, Pierre Moscovici s'appuie sur des prévisions "meilleures que celles annoncées par la Commission européenne et l'OCDE avant l'été". Pour le ministre, en 2013, la croissance sera "d'au moins 0.1%" rappelant que "la France est très clairement sortie de la récession" et qu'elle est "dans le rebond".

"La croissance de 2014 sera forte"

"Tout le Budget est bâti sur l'objectif: croissance, emploi" a-t-il ajouté, espérant atteindre une croissance pour 2014 de 0.9%, même s'il s'agit "d'une prévision prudente".

Pierre Moscovici précise que "80% de l'effort budgétaire est basé sur des économies de dépenses publiques". Il a insisté sur la compétitivité "en permettant aux entreprises d'investir et donc d'embaucher" et sur le pouvoir d'achat des ménages.

Si le Budget s'appuie sur la réduction des dépenses, le ministre de l'Economie et des Finances explique que les 3 milliards d'euros de recettes supplémentaires "correspondent au produit qui proviendra de la lutte contre la fraude fiscale".

Pierre Moscovici rappelle que les économies sont fixées à 15 milliards d'euros, que "9 milliards proviendront des efforts de l'Etat et 6 milliards des organismes de sécurité sociale".

"Moins d'impact sur l'avis d'imposition" pour 2014

"Nous avons décidé de mettre fin au gel du barème de l'impôt sur le revenu" ajoute le ministre, expliquant qu'il n'y aura donc pas "le même impact sur l'avis d'imposition" en 2014.

Le projet de loi de finance pour 2014 sera présenté au haut Conseil des finances publiques vendredi prochain et au Conseil des ministres le 25 septembre.

Anne-Laure Baulme