BFM Business

Les "cadeaux" de Valls vont coûter plus cher que prévu

Manuel Valls a adouci le programme d'économies pour satisfaire le PS

Manuel Valls a adouci le programme d'économies pour satisfaire le PS - -

Les gestes faits la semaine dernière par le chef du gouvernement en direction des Français modestes dépasseront les 500 millions d'euros annoncés initialement. Où trouver des économies correspondantes?

Pour Manuel Valls, le vote, le 29 avril, par les députés du programme de stabilité intégrant les 50 milliards d'euros d'économies est "l'acte fondateur" de son gouvernement.

Sauf que pour obtenir un vote positif, le Premier ministre a dû adoucir son plan: dégel de la revalorisation des petites pensions, revalorisation des minima-sociaux, coup de pouce aux traitements des fonctionnaires modestes.

Initialement, ces petits "cadeaux" à la "France d'en bas" devaient coûter 500 millions d'euros, laissait entendre l'exécutif. Un manque à gagner que l'Etat escompte récupérer ailleurs, mais sans dire où.

Mais selon Les Echos de ce 2 mai, la note serait un peu plus lourde. Ce qui impactera davantage les économies à trouver en 2014 et 2015.

300 millions pour la revalorisation du RSA

La revalorisation du RSA coûterait ainsi 400 millions d'euros (contre 200 millions déjà budgété). En effet, toute augmentation du RSA entraîne mécaniquement une hausse du nombre de ses bénéficiaires, le revenu de solidarité étant une allocation différentielle. Actuellement, 2,3 millions de personnes bénéficient du RSA.

La revalorisation des pensions de base inférieures à 1.200 euros par mois devrait, elle, revenir à 300 millions d'euros. Mais selon Les Echos, Valérie Rabault, la nouvelle rapporteure générale du budget de l'Assemblée, estime que la revalorisation pourrait se monter à 1,5 milliard si "la revalorisation concernait tous les régimes".

Pour l'instant, il ne s'agit que d'une hypothèse puisque les responsables des régimes complémentaires ont décidé que ces pensions progresseraient moins que l'inflation (un point de moins) jusqu'en octobre 2015. Mais pourront-ils maintenir cette solution alors que le gouvernement veut que les 6,5 millions de retraités modestes voient leur pouvoir d'achat "intégralement préservé" selon la formule de Manuel Valls?

P.C