BFM Business

Le taux du Livret A va bien être abaissé à 1,75%

Le Livret A aurait normalement du voir son taux révisé de 2,25 à 1,5% si la Banque de France avait respecté la formule de calcul

Le Livret A aurait normalement du voir son taux révisé de 2,25 à 1,5% si la Banque de France avait respecté la formule de calcul - -

La Banque de France a indiqué, ce lundi 14 janvier, qu’elle va demander à Pierre Moscovici d’appliquer ce taux au Livret A. Sauf improbable surprise de dernière minute, le ministre de l’Économie et des Finances avalisera cette requête.

C’est désormais officiel. Ce lundi 14 janvier, la Banque de France a annoncé qu’elle recommande d’abaisser le taux du Livret A à 1,75% au 1er février, contre 2,25% auparavant.

La rémunération de ce placement aurait dû reculer à 1,50% si la formule prévue par la loi avait été appliquée à la lettre mais le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a choisi d'y déroger pour "éviter qu'un mouvement de trop grande ampleur ne soit mal compris" par les épargnants. Il y est autorisé au nom "de circonstances exceptionnelles".

Le calcul du taux du Livret se base, en effet, sur l’inflation hors tabac, qui est ensuite majorée de 0,25%. Ce taux d’inflation étant retombée à 1,2% en décembre, selon l’Insee, la formule laissait apparaître une rémunération de 1,5% pour le produit phare des épargnants.

Etant donné que Christian Noyer a donc décidé de ne pas suivre cette formule, le dernier mot reviendra au ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici.

Mais nul ne doute que ce dernier donnera son aval. Le journal du Dimanche rapportait, en effet, qu’une réunion avait eu lieu entre Christian Noyer et Pierre Moscovici pour se mettre d’accord sur ce taux d’1,75%.

Le taux du LDD également prévu à la baisse

De fait, ce chiffre fait office de compromis car il permet à la fois de limiter la baisse du pouvoir d’achat des épargnants, et de satisfaire en même temps les organismes de logements sociaux, dont les prêts octroyés par la Caisse des Dépôts pour mener à bien leurs missions sont eux-mêmes indexés sur le taux du Livret A.

"La baisse du taux du Livret A et du LDD réduit d'autant le coût de financement du logement social et devrait donc faciliter un redémarrage significatif de la construction", rappelle à ce sujet la Banque de France, dans un communiqué.

L’institution dirigée par Christian Noyer a d’ailleurs recommandé d’abaisser également la rémunération du Livret de développement durable (LDD) de 2,25% à 1,75%, l’alignant sur celle du Livret A, ainsi que celle du livret d'épargne populaire, réservé aux ménages modestes, de 2,75% à 2,25%.

La Banque de France précise, en outre, ne pas exclure un "ajustement complémentaire", vraisemblablement à la baisse, du taux du Livret A lors de sa prochaine révision, "si l'évolution de l'inflation confirmait la persistance du bas niveau atteint aujourd'hui". Sauf, si encore une fois, Bercy lui demande de faire exception à la formule…

Julien Marion et AFP