BFM Business

Le gouvernement cèderait une partie de RTE

L'Etat compterait céder une large part de ses participations dans nombre d'entreprises dont RTE et ADP.

L'Etat compterait céder une large part de ses participations dans nombre d'entreprises dont RTE et ADP. - RTE

L'Etat compterait vendre une partie du capital qu'il détient dans un certain nombre de groupes dont RTE et ADP, raconte le Journal du Dimanche ce 16 novembre. Interrogée, Ségolène Royal n'a pas donné davantage de précisions.

L'Etat continue de faire le ménage dans son portefeuille de participation. Après avoir vendu autant de part qu'il pouvait de GDF Suez, c'est sa participation dans Réseaux et Transport d'électricité (RTE), qu'il devrait rogner.

Le gouvernement réfléchit en tout cas à une possible cession de participation dans le gestionnaire français du réseau électrique à haute tension RTE, filiale d'EDF, selon le Journal du Dimanche. Le dossier a été remis sur la table avant l'été, indiquent des sources proches d'EDF, citées par le journal.

Selon elles, vendre 30% de RTE, valorisé au total 5 milliards d'euros, pourrait rapporter 1,5 milliard à EDF puis à l'Etat. "Rien n'est lancé mais le consensus s'établit", selon une de ces sources. De son côté, "le gouvernement serait favorable à une telle opération", écrit le JDD, sans mentionner ses sources.

Royal sera "extrêmement vigilante" à l'utilisation des fonds

Interrogée sur France 5 dans "C politique", la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, n'a pas donné de précisions sur les entreprises concernées mais a déclaré qu'elle sera "extrêmement vigilante sur l'utilisation du produit" des ventes que l'Etat pourrait réaliser à l'avenir pour ce qui est des entreprises qui sont sous sa tutelle.

"Ce que je suis en train de regarder avec Emmanuel Macron (ministre de l'Economie, ndlr), c'est que l'activation de ces fonds, de ces participations de l'Etat, aillent financer la transition énergétique et pas le désendettement", a-t-elle précisé.

15% d'ADP cédés?

L'article du JDD intitulé "la grande braderie de l'Etat" évoque aussi une sortie partielle de l'Etat du capital des Aéroports de Paris. Selon un banquier connaisseur du dossier cité par le journal, l'Etat, qui détient aujourd'hui un peu plus de 50% d'ADP pourrait en vendre 15%, ce qui lui permettrait de conserver une minorité de blocage.

Dans ce but, le projet de cession de sa part dans l'aéroport Toulouse-Blagnac aura valeur de test, explique la source du JDD. Le gouvernement doit d'ailleurs rendre sa décision en fin de semaine sur la vente des 49% dans l'aéroport de Toulouse, un consortium emmené par des chinois faisant figure de favori.

Ces cessions s'inscriraient dans la volonté affichée par le gouvernement de vendre des parts dans certaines sociétés dont il est actionnaire. Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, a annoncé en octobre la cession à venir de 5 à 10 milliards d'euros d'actifs. Mais il compte le faire en respectant les seuils lui permettant de ne pas perdre d'influence au sein de ces entreprises.

N.G. avec AFP