BFM Business

Le FMI appelle la France à un «effort budgétaire ambitieux»

-

- - Joel Saget - AFP

L’institution estime que « le niveau élevé de la dette n'offre guère de quiétude », dans ses perspectives économiques actualisées pour la France.

Le FMI rappelle à l’ordre la France sur l’état de ses finances. Dans ses perspectives économiques actualisées pour la France, l’organisation internationale pointe du doigt la dette française, qui devrait passer, selon Bercy, de 98,4% en 2018 à 96,8% en 2022, soit une baisse de 1,6 point de PIB, alors que l'exécutif promettait jusque-là une baisse de cinq points.

« S'il n'existe pas de risque immédiat, car le niveau actuellement bas des taux d'intérêt suggère qu'une dette plus élevée peut être tenable au stade actuel, le niveau élevé de la dette n'offre guère de quiétude » souligne le FMI. Face à cette situation, l’institution estime « nécessaire de procéder à un effort budgétaire structurel ambitieux afin de placer la dette sur une trajectoire ferme à la baisse. »

Compenser les derniers gestes fiscaux

Si l’économie française reste « résiliente (…) en partie grâce aux réformes importantes qui ont été mises en œuvre ces dernières années », les risques n’ont pas disparu, « et les problèmes structurels persistent. » Sont notamment cités une « croissance atone de la productivité » et un « chômage structurel encore élevé ».

C’est donc une accélération des réformes que préconise le FMI. « Un consensus social autour des réformes est nécessaire afin de s'attaquer aux défis économiques de long terme de la France et de renforcer la résilience aux chocs » poursuit le FMI. Du côté du budget, la France doit « prendre des mesures d'assainissement qui compensent les mesures d'allégement fiscal d'avril dernier. »

L’institution salue donc les réformes engagées par le gouvernement, comme celle des retraites ou de la fonction publique. Mais elle propose aussi de nouvelles économies comme « la fusion de petites municipalités », la réduction des coûts de la santé ou encore « l'élimination de doubles emplois entre les fonctions des collectivités locales » et de l'Etat.

La rédaction avec AFP