BFM Business

La France affiche une croissance de 0,3% au troisième trimestre

La croissance est de 0,3% au troisième trimestre.

La croissance est de 0,3% au troisième trimestre. - Joel Saget - AFP

Le PIB de la France a progressé de 0,3% au troisième trimestre. Il s'était contracté de 0,1% au deuxième trimestre.

Après une contraction de 0,1% au deuxième trimestre - revu à la baisse - , elle atteint 0,3% au troisième trimestre, selon les chiffres de l'Insee publiés ce 14 novembre.

Il s'agit de la plus forte croissance depuis le printemps 2013. Les économistes tablaient sur un taux de 0,2%.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a estimé dans un communiqué que la prévision gouvernementale d'une croissance française de 0,4% en 2014 était "confortée" mais jugé que l'activité restait "trop faible". Celui-ci a revu en septembre à 0,4% son scénario pour l'économie française en 2014, contre 1% auparavant.

"Au-delà des à-coups d'un trimestre à l'autre, l'activité a légèrement repris mais reste trop faible pour assurer les créations d'emploi nécessaires à notre pays", indique le ministre.

"La priorité du gouvernement, c'est d'oeuvrer à plus de croissance et plus d'emploi, de manière durable, en France et en Europe".

Contraction de l'investissement

L'économie au troisième trimestre en France a été soutenue par les dépenses de consommation des ménages, qui ont continué à progresser, quoique moins vite qu'au deuxième trimestre (+0,2% contre +0,3%), et surtout par les dépenses de consommation des administrations publiques, qui ont grimpé de 0,8% cet été.

L'investissement, public comme privé, a une nouvelle fois reculé (-0,6%). Dans le détail, l'investissement des entreprises a certes à nouveau fléchi, mais moins fortement que lors des trimestres précédents: -0,1% contre -0,5% au printemps et -0,6% au premier trimestre.

Mais l'investissement des ménages, c'est-à-dire essentiellement l'achat de logement, a lui reculé de 1,7% au troisième trimestre, tandis que celui des administrations publiques a baissé de 1,2%, le plus fort recul observé depuis le début de l'année.

La contribution du commerce extérieur à l'évolution du PIB a été négative (-0,2 point), comme c'est le cas chaque trimestre depuis le début de l'année, en raison d'importations qui progressent plus vite que les exportations.

La France a ouvert le bal de la publication des chiffres de la croissance vendredi; elle est suivie de l'Allemagne (+0,1%) puis de la zone euro dans son ensemble.

D. L. avec agences