BFM Business

La CGT hostile à la hausse du diesel

La CGT est contre une hausse de la fiscalité du diesel

La CGT est contre une hausse de la fiscalité du diesel - -

Selon la CGT, "ce n'est pas une augmentation de fiscalité du diesel qui va régler" les problèmes écologiques. Elle préconise une aide à l'achat de véhicule plus propre et davantage de transports en commun.

Une fois n'est pas coutume, la CGT est totalement d'accord avec le gouvernement. Alors qu'elle attend la deuxième Conférence environnementale des 20 et 21 septembre, la centrale dirigée par Thierry Le Paon a estimé, ce lundi 16 septembre, que la taxation alourdie du diesel réclamée par les écologistes n'est pas la solution.

"Ce n'est pas une augmentation de fiscalité du diesel qui va régler ce problème", et "on ne peut pas changer de parc automobile en quelques années", a déclaré, lors d'une conférence de presse, Pierrette Crozemarie, membre du groupe CGT au Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Il faut une nouvelle orientation pour "permettre aux salariés de changer de motorisation". Et cela "ne peut pas se faire du jour au lendemain", a-t-elle ajouté en rappelant les politiques d'encouragement au diesel pendant 30 ans. Pour la CGT, il est également indispensable de "rendre plus accessibles les transports publics".

La CGT "n'est pas opposée" à une fiscalité écologique carbone/énergie, mais elle estime qu'elle doit "s'inscrire dans une réforme globale du système fiscal".

Polémique autour du diesel

Lors de son intervention télévisée, dimanche 15 septembre, le président de la République a déclaré que le rééquilibrage de la fiscalité de l'essence et du diesel n'aura pas lieu en 2014. Il a aussi appelé les écologistes à "ne pas réduire l'écologie à des impôts", et à "se déterminer par rapport à l'intérêt de la France".

La veille, samedi 14 septembre, le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, Pascal Durand, avait donné six jours au président de la République pour s'engager concrètement dans la transition énergétique.

En début de semaine, un caffouillage autour du diesel avait déjà eu lieu. Le ministre de l’Ecologie avait déclaré, mercredi 11 septembre, que la fiscalité sur le diesel resterait inchangée en 2014, opposant ainsi une fin de non-recevoir à l’une des principales revendications d’EELV.

Diane Lacaze & agences