BFM Business

La Caisse des Dépôts plombée par France Télécom?

Jean-Pierre Jouyet indique que les comptes de la Caisse des Dépôts seront dépendants des possibles dépréciations liées à France Télécom

Jean-Pierre Jouyet indique que les comptes de la Caisse des Dépôts seront dépendants des possibles dépréciations liées à France Télécom - -

Selon Jean-Pierre Jouyet, son directeur général, les résultats 2012 de la Caisse des Dépôts dépendront d'une possible dépréciation liée à l'action France Télécom. Une lourde perte s'annoncerait alors.

Les comptes de la Caisse des Dépôts (CDC) pourraient faire les frais de la dégringolade, en Bourse, du titre France Télécom. C’est ce qu’indique implicitement son directeur général, Jean-Pierre Jouyet, dans une interview aux Echos de ce lundi 18 février.

Selon ce proche de François Hollande, "concernant 2012, notre résultat dépendra certainement des dépréciations éventuelles sur certaines lignes cotées importantes, notamment France Télécom qui a été apportée par l’Etat au FSI (Fonds stratégique d’investissement, ndlr, détenu à 51% par la CDC) en 2009".

Le FSI, lors de sa création, avait reçu une participation de 13,7% dans France Télécom, qui était auparavant détenue par l’APE (l’Agence des participations de l’Etat), l’Etat lui-même conservant une participation de 13,45% dans l’entreprise.

Mais depuis que le FSI a pris cette participation dans son portefeuille, l’action France Télécom a fondu comme neige au soleil. Elle était valorisée autours des 20 euros, fin 2008, contre 7,5 euros actuellement.

Baisse du titre de 34% en 2012

Ces deux dernières années, la chute a été encore particulièrement prononcée en raison d’une conjoncture économique compliquée et d’une guerre des prix liée à l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile. Le titre a perdu 34% en 2012, après une baisse de 22% en 2011.

A fin 2011, la participation du FSI dans France Télécom était évaluée à un peu plus de 4,3 milliards. D'après nos calculs, si cette participation suit la chute en Bourse de 2012, le montant de la perte représenterait plus de 1,5 milliard d’euros.

Il est possible que les actionnaires choisissent de ne pas répercuter la baisse du cours dans les comptes de l’organisme. En 2010, ils avaient déjà choisi de passer outre une moins-value de 20%, "pour des raisons d’images", indiquent Les Echos.

Le titre de l'encadré ici

|||

Les principales participations du FSI

> Saur (38%)

> STX France (33,3%)

> Eutelsat Communications (26,12%)

> TDF (23,8%)

> Seché Environnement (20%)

> Eiffage (19,28%)

> Soprol (18,8%)

> Assystem (14,55%)

> France Telecom (13,67%)

> Aéroports de Paris (8%)

source: FSI

J.M.