BFM Business

L'indemnisation chômage va-t-elle être réformée?

Manuel Valls semble tâter le terrain concernant une réforme de l'indemnisation chômage.

Manuel Valls semble tâter le terrain concernant une réforme de l'indemnisation chômage. - Ben Stansall - AFP

A plusieurs reprises, Manuel Valls a mis sur la table la question d'une réforme de l'indemnisation chômage. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, a affirmé que la question du montant des allocations chômage pendant la période d'indemnisation ferait partie du débat lors de la renégociation de la convention assurance-chômage.

Le ballon d'essai de Manuel Valls intrigue. Le Premier ministre a émis à plusieurs reprises depuis deux semaines le souhait de réformer l'indemnisation du chômage en France, comme s'il voulait tester l'opinion sur un sujet hautement sensible.

Accusé de dérive libérale par les frondeurs socialistes, le Premier ministre a entamé, depuis la rentrée, une tournée européenne pour convaincre ses partenaires européens et Bruxelles que la France avait choisi la voie des réformes structurelles.

En Allemagne, pays où l'indemnisation du chômage a été rabotée depuis le début des années 2000 pour inciter au retour au travail, il s'est interrogé sur les choix économiques et sociaux faits par la France ces dernières décennies. "La France a une préférence pour le chômage de masse bien indemnisé, c'est un fait", a-t-il dit en privé dans la capitale allemande. Quelques jours plus tard, il estimait qu'il y aurait "des choses à revoir dans le système français". "C'est (...) parce que nous acceptons malheureusement un chômage trop élevé, même s'il est bien indemnisé, que nous avons perdu du temps", a-t-il déploré devant son homologue finlandais la semaine dernière, avant de revenir sur le sujet lundi lors de sa visite à la City de Londres.

Renégociation de la convention d'assurance chômage

Mardi soir, les services du Premier ministre restaient muets sur ce ballon d'essai. Mais le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, a confirmé mardi soir que les questions du montant des allocations chômage et de la durée de la période d'indemnisation devraient être sur la table lors de la renégociation de la convention d'assurance chômage. "Nous trouvons, et je pense que beaucoup de Français trouvent, que effectivement il y a par exemple tout un système de montants de rémunération maintenus quelles que soient les conditions, qui pose un certain nombre de questions", a-t-il dit lors de l'émission Preuves par trois sur Public Sénat. "Ça sera dans le débat, y compris dans le débat social dans les mois qui viennent, puisqu'il y aura une renégociation de l'assurance-chômage", a-t-il ajouté.

En réponse à une question, Jean-Marie Le Guen a estimé que "par certains aspects", le système actuel était un "frein" à la reprise du travail notamment chez ceux, comme les cadres, qui ont "un certain niveau de rémunération de substitution (et) qui peuvent se dire légitimement 'dans le système actuel, je peux attendre six mois, un an avant de rechercher un travail'".

Réunions régulières

Du côté syndical, on s'en tient au calendrier déjà bien balisé des négociations entre les partenaires sociaux. "Moi aussi je suis intriguée. Il n'a jamais été question de ça, ni avec les pouvoirs publics ni avec le patronat et en plus ce n'est pas dans le champ de compétence du gouvernement", a dit à Reuters Véronique Descacq, numéro 2 de la CFDT. A l'Unedic, organisme paritaire de gestion de l'assurance chômage, on rappelle que la renégociation de la convention qui la régit n'est prévue qu'en 2016.

La convention conclue en mars et tout juste entrée en vigueur prévoit seulement des réunions régulières, d'ici là, d'un "groupe paritaire politique" chargé notamment d'étudier la modulation des conditions d'indemnisation, les modalités de calcul des allocations, la simplification de la règlementation, etc. Le moment venu, il soumettra aux négociateurs les conclusions de ses travaux. L'annonce à brève échéance d'un "big bang" paraît donc peu vraisemblable. Des sources proches de l'exécutif estiment que les propos de Manuel Valls visent surtout à rappeler à l'opinion publique que le redressement des comptes de l'assurance chômage est impératif pour réduire les déficits publics.

D. L. avec Reuters