BFM Business

Il n'y a jamais eu autant de fonctionnaires en France

11.000 personnes sont venues grossir les rangs de la fonction publique en 2013

11.000 personnes sont venues grossir les rangs de la fonction publique en 2013 - Fred Dufour - AFP

La baisse des effectifs dans la fonction publique, c'est vraiment fini. Selon les derniers chiffres publiés par l'Insee ce vendredi 17 avril, l'Etat, les collectivités locales et les hôpitaux publics employaient 5,6 millions de salariés à fin 2013. C'est 1,5% de plus qu'un an plus tôt.

Ce sont des chiffres qui donneront du grain à moudre à ceux qui réclament à cors et à cri une réduction de la dépense publique. La France n'a jamais compté autant de fonctionnaires de toute son histoire selon les statistiques les plus récentes de l'Insee, publiées ce vendredi 17 avril, arrêtées à décembre 2013.

L'ensemble des trois versants de la fonction publique (Etat, Hôpitaux et collectivités territoriales) comptaient ainsi 5,6 millions d'employés, soit 1,5% de plus qu'en 2012. En enlevant les contrats aidés, au nombre de 183.500, les effectifs des salariés à la charge des finances publiques s'élevaient à 5,41 millions ce qui étaient simplement un plus haut historique.

En, effet, selon les données du gouvernement, le précédent pic datait de 2009. La France employait alors 5,386 millions de fonctionnaires. Ce nombre avait ensuite diminué en 2010 (5,379 millions) puis 2011 (5,358 millions) avant de repartir à la hausse en 2012 (5,372 millions). ll s'agissait alors des premières baisses depuis 30 ans, comme l'expliquait alors Challenges.

Des transferts de l'Etat vers les opérateurs

Dans le détail, on comptait à fin 2013, 2,45 millions de fonctionnaires d'Etat répartis entre les ministères et les opérateurs de l'Etat (+1%), 1,91 millions dans les collectivités territoriales (+2%), et 1,15 million dans la fonction publique hospitalière (+1,7%).

La hausse dans la fonction publique d'Etat n'est pas due, selon les décomptes de l'Insee, à une dérive dans la gestion des effectifs des ministères. Ces derniers ont encore vu le nombre de leurs agents baisser en 2013 (-0,3%). Mais les effectifs des établissements publics ont, eux, progressé de 6%. Ce qui s'explique justement par "des transferts d'effectifs vers des établissements publics". Une sorte de passe-passe comptable.

L'institut des statistiques cite à titre d'exemple le ministère de l'Ecologie qui a perdu 8.000 postes dont près de la moitié ont été transféré vers Voies navigables de France (VNF). Par ailleurs, l'Insee rappelle que les rangs de l'Education nationale ont été grossis de 11.000 postes supplémentaires, en hausse de 1,2%. Chose logique en somme puisque l'Education nationale au même titre que la Justice et la Police fait partie des missions "sanctuarisées", c'est-à-dire qu'elles sont les seules autorisées à voir leurs effectifs augmenter.

Enfin, l'Insee se permet de souligner "la forte hausse" des bénéficiaires de contrats aidés dans la fonction publique. En 2013, leur nombre a progressé de 48.000 personnes. Soit 36% de plus qu'en 2012. Une évolution somme toute assez logique en fait, puisque fin 2012, l'exécutif avait lancé les "emplois d'avenir", des contrats d'aide à l'insertion destiné aux jeunes très éloignés du marché du travail.

J.M.