BFM Business

Hervé Morin prône "un passage aux 39 heures" payées 35

Hervé Morin, dirigeant de l'UDI et ancien ministre de la Défense, était l'invité de BFM Business ce mardi 22 avril.

Hervé Morin, dirigeant de l'UDI et ancien ministre de la Défense, était l'invité de BFM Business ce mardi 22 avril. - -

L'ancien ministre de la Défense a détaillé , ce mardi 22 avril, son "contre-pacte" de responsabilité et ses 80 milliards d'euros d’économies. Il propose notamment un retour aux 39 heures, le manque à gagner étant compensé par une baisse des cotisation.

Alors que Manuel Valls peine à faire digérer son plan d'économies à sa majorité, l'UDI, de son côté, a présenté son "contre-pacte" de responsabilité, ce mardi 22 avril, proposant une économie de 80 milliards d'euros dans la dépense publique.
Invité de BFM Business, Hervé Morin, le président du Nouveau centre et l'un des dirigeants de l'UDI, a livré quelques détails.

Selon lui, le redressement du pays passe par plusieurs facteurs: une "réforme des collectivités territoriales", en faisant "de grandes régions", en changeant le statut des départements ("il faudra inventer quelque chose"), et en réduisant le nombre de communes.

Mais aussi une réforme des retraites, avec d'un côté un allongement de la durée de cotisation, et de l'autre "la mise en place d'un régime de retraites universel".

Un passage aux 39 heures dans le public et le privé

En outre, l'ancien ministre de la Défense prône un "passage aux 39 heures de travail par semaine", mais...payées 35. Une pilule plus facile à avaler car les économies réalisées auparavant permettront "une réduction des cotisations sociales salariées".

"Si nous bossons un peu plus, il y aura un choc de compétitivité considérable pour l’économie française, qu’on a évalué à 30 milliards d’euros", a assuré Hervé Morin. Et "si on augmente le travail dans la fonction publique, on aura moins besoin de fonctionnaires".

Enfin, il a rappelé la position de l'UDI vis-à-vis du gouvernement: "s'il y a des hommes et des femmes de bonne volonté capables de porter le même projet, pourquoi y serions-nous opposés?" Message transmis à Manuel Valls.

Y. D.