BFM Business

François Hollande répond à la Cour des comptes

Le chef de l'Etat a annoncé une révision de la croissance

Le chef de l'Etat a annoncé une révision de la croissance - -

Dans son rapport annuel 2013 publié ce mardi 12 février, la Cour des comptes émet de sérieuses réserves quant au retour du déficit public à 3% en 2013. Et invite le gouvernement à réaliser davantage d'économies. François Hollande a vite répondu à la Cour.

"En France depuis quelques mois, nous avons un objectif de vérité (...) C'est pourquoi nous réviserons notre objectif de croissance dans les prochains jours". C'est ainsi que le chef de l'Etat a répondu à la Cour des comptes quelques heures seulement après la publication de son rapport annuel 2013 (voir ci-dessous).

Il a cependant estimé que cet objectif de vérité, en clair revoir à la baisse la prévision de croissance actuellement de 0,8%, devait être concilié avec "la préservation de l'activité" pour sauvegarder l'emploi. En d'autres termes, pas question de tailler dans les dépenses publiques si cela se traduit par une remise en cause des politiques favorables à la croissance.

Il faut dire que la Cour avait estimé que, malgré les efforts du gouvernement pour réduire le déficit public à 3% fin 2013, l’objectif "n’a que peu de chances d’être atteint", selon Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes.

En effet, l’exécutif aurait pêché par excès d’optimisme dans ses prévisions, jugées "trop favorables" par l’institution. Le gouvernement table notamment sur une croissance de 0,8% en 2013. Un déficit supérieur à 4,5% pour 2012 n'est d'ailleurs pas à exclure en raison "de la dégradation de la conjoncture", a déclaré Didier Migaud.

"L'exécution 2012 du budget de l'Etat ne remet pas en cause l'objectif d'un déficit public de 3% en 2013, les mesures permettant d'atteindre la cible, avec une croissance du PIB de 0,8% en 2013, ayant été adoptées", ont cependant affirmé Pierre Moscovici et son ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac dans ce texte publié mardi dans le rapport de la Cour. 

Les dépenses publiques dans le viseur

La Cour estime en revanche dans son rapport public annuel que l'effort structurel prévu de réduction des déficits, c'est-à-dire hors aléas de la conjoncture, est sans précédent mais peut être réalisé.

Mais cela a un prix. En l'occurence, mettre en oeuvre de "nouvelles et importantes économies" au cours de l'année 2013. Une "priorité absolue", selon la Cour des comptes. Des économies sont à réaliser sur la dépense publique, après trois années de hausses d'impôts "massives".

Didier Migaud a également tancé le gouvernement, déplorant que les récentes augmentations des prélèvements obligatoires aient entraîné "une complexification et une instabilité de notre système fiscal très préjudiciable aux entreprises et aux investisseurs".

Cour Des Comptes Situation Finances Publiques by BFMbusinesscom

BFM Business.com