BFM Business

France: le déficit public en légère baisse fin septembre

Sur un an, le déficit de l'Etat est en léger recul.

Sur un an, le déficit de l'Etat est en léger recul. - Joel Saget - AFP

Le déficit cumulé de l'Etat français a légèrement diminué sur an, a annoncé ce 7 novembre le Ministère des Finances. Il atteint 80,5 milliards d'euros fin septembre.

Le déficit cumulé de l'Etat français à fin septembre a diminué très légèrement sur un an, s'établissant à 80,5 milliards d'euros contre 80,8 milliards fin septembre 2013, a annoncé vendredi le ministère des Finances.

Les dépenses ont diminué de 4,8 milliards d'euros à 278 milliards au 30 septembre et les recettes ont reculé de 5,2 milliards à 220,7 milliards d'euros.

La légère contraction du déficit global a été permise par la diminution du trou des comptes spéciaux, qui recouvre notamment les avances aux collectivités territoriales et les régimes de pension spéciaux. Son solde négatif est revenu à 23,3 milliards contre 23,9 milliards d'euros fin septembre 2013.

Des recettes fiscales dans la ligne des prévisions

Le montant des dépenses est "cohérent avec la trajectoire de dépense qui découle de la loi de finances pour 2014 et des mesures d'économies complémentaires (1,6 milliard) adoptées dans le cadre de la loi de finances rectificative pour 2014", souligne le communiqué.
Les recettes fiscales sont également "globalement en ligne avec la prévision révisée pour 2014 du PLF 2015" (ndlr: projet de loi de finance), affirme aussi Bercy

21 milliards d'économies attendus

Le ministère explique que "la baisse constatée par rapport à septembre 2013 est liée à la diminution du produit de l'impôt sur les sociétés, qui s'explique en particulier par l'entrée en vigueur du crédit d'impôt en faveur de la compétitivité et de l'emploi (CICE)".

Les recettes de l'impôt sur le revenu sont également conformes avec la prévision révisée pour 2014 du PLF 2015, selon le communiqué. Le produit des recettes non fiscales s'établit à 8,1 milliards d'euros, soit 0,5 milliard de moins qu'à fin septembre 2013, un écart "principalement lié à un effet calendaire sur le versement des dividendes".
La France doit réaliser l'an prochain 21 milliards d'euros d'économies et 50 milliards sur trois ans .Bercy fait du respect de ces montants d'économies le dernier rempart de la crédibilité budgétaire française.

C.C. avec AFP