BFM Business

Déficit commercial: Nicole Bricq voit "un léger rebond de nos exportations"

Nicole Bricq compte toujours ramener le déficit commercial à zéro, hors facture énergétique

Nicole Bricq compte toujours ramener le déficit commercial à zéro, hors facture énergétique - -

La ministre du Commerce extérieur explique à BFM Business que le déficit commercial de la France "est sur une bonne tendance". Si elle reste modérée, la ministre indique qu’en suivant cette tendance, le déficit ne devrait pas atteindre le niveau exorbitant de l’année dernière.

La conjoncture s’annonce morose pour la France. La Banque de France a confirmé, ce lundi 10 décembre, ses prévisions de croissance qui plongent la France en récession.

Ce même jour, Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, a pourtant souligné dans l’émission Le Grand Journal de BFM Business une petite éclaircie au niveau du commerce français. Elle parle ainsi d’un "rebond d’activité qui s’observe dernièrement". "Et sur les chiffres du commerce extérieur, sans crier victoire, je vois que le déficit est beaucoup moins grand qu’il ne l’était, sur dix mois à la même époque".

Nicole Bricq voit "un signe positif" dans ce déficit commercial en ralentissement. Pour elle, il révèle "non pas une contraction de la demande mais un léger rebond de nos exportations".

La ministre ne pense toutefois pas que ce léger mieux marque un véritable retournement. "On fera les comptes à la fin de l’année", dit-elle. "Mais la tendance est plutôt bonne". Si le déficit poursuit sur "cette bonne tendance des trois derniers mois,son niveau final ne sera pas celui de l’an dernier, qui était toutefois abyssal", rappelle Nicole Bricq.

"L'attractivité est aussi importante que la compétitivité à l'export"

Elle réaffirme son engagement : réduire le déficit du commerce extérieur de 25 à 27 milliards d’euros, c’est dire le ramener à zéro, hors facture énergétique.

Par ailleurs, en ces temps où le bras de fer avec ArcelorMittal a été parfois accusé de donner une image négative de la France auprès des entreprises étrangères, Nicole Bricq a tenu à rappeler que la "France demeure une terre d’attractivité. J’ai visité des entreprises étrangères en France qui produisent. Il y a des réussites remarquables". Elle cite notamment General Electric.

Et elle compte sur le crédit d’impôt compétitivité pour rendre la France encore plus attirante auprès des entreprises étrangères."L’attractivité est aussi important que la compétitivité, à l’export", conclut la ministre.

Julien Marion