BFM Business

Budget des ministères: une baisse de 1,8 milliard en 2015

Certains ministères sont touchés par les coupes budgétaires.

Certains ministères sont touchés par les coupes budgétaires. - -

Le gouvernement a présenté, ce mercredi 9 juillet à l'Assemblée nationale, les grandes lignes des budgets à venir pour les trois années. Le détail ministère par ministère.

Les grandes lignes budgétaires jusqu'en 2017 sont enfin connues. Les crédits des ministères, hors dette et pension, vont baisser de 1,8 milliard d'euros en 2015, 2,1 milliards en 2016 et 2,3 milliards en 2017, par rapport à 2014, selon les plafonds publiés ce mercredi 9 juillet, par le gouvernement mercredi.

"Cet effort, nous pouvons le réaliser sans remettre en cause ni la qualité du service public ni le modèle social", a assuré dans l'hémicycle le ministre des Finances Michel Sapin.

Voici le détail des coupes ministère par ministère.

> Education nationale, Enseignement supérieur et Recherche

Pour l'Education nationale, Enseignement supérieur et Recherche, les crédits passeront de 68,003 milliards en 2014, à 69,157 en 2015, 69,393 en 2016 et 69,756 en 2017.

Ses effectifs augmenteront de 9.421 postes en 2015, auxquels il faut ajouter 140 créations dans l'enseignement agricole.

Dans le document présenté aux parlementaires, Bercy précise que "la création de 29.644 d'emplois supplémentaires est programmée à horizon 2017". La Recherche va, elle, bénéficier de 3.000 emplois supplémentaires d'ici 2017, dont 1.000 l'année prochaine.

> Justice

Pour la Justice, les crédits d'un montant de 6,27 milliards en 2014 atteindront 6,369 en 2015, puis 6,312 en 2016 et enfin 6,346 en 2017.

Cette mission bénéficie en outre de 600 créations nettes d'emplois en 2015, avec un objectif de 1.834 postes supplémentaires dans trois ans, notamment des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation.

> Intérieur

Pour l'Intérieur, après 14,976 milliards d'euros en 2014, ce ministère bénéficiera de 15,02 en 2015, 14,819 en 2016 et 15,053 en 2017 sachant que la partie considérée comme "prioritaire" ne concerne que la mission "sécurité".

Déclarée également prioritaire en 2014-2015, la mission "immigration, asile, intégration" bénéficie d'une augmentation de ses moyens, précise Bercy - sans donner de chiffres. Le gouvernement espère que la mise en oeuvre de la réforme de l'asile permette "l'amélioration de la performance de la chaîne de traitement de la demande d'asile, ainsi que la réduction des délais d'instruction". Des économies sont également anticipées avec la dématérialisation de la propagande électorale.

La place Beauveau bénéficie au total de 116 créations de postes l'année prochaine, plus 405 dans la police et la gendarmerie. Au total, 1.405 créations de postes sont programmées d'ici 2017.

> L'Ecologie

Pour l'Ecologie, Développement durable et Energie, les crédits du ministère sont globalement en baisse, de 13,487 milliards en 2014 à 13,083 en 2017.

Bercy explique dans le document d'orientation que ces crédits seront "complétés par le programme d'investissements d'avenir et les ressources engagées dans le cadre du projet de loi pour un nouveau modèle énergétique".

A Matignon, on ajoute que la baisse est un effet d'optique lié au mécanisme complexe visant à compenser la disparition de l'écotaxe. "Ce budget là fait des efforts comme les autres mais ce n'est pas un budget particulièrement sacrifié, au contraire", a-t-on estimé.

> La Défense

Les crédits de la Défense augmentent légèrement entre 2014 et 2017 mais avec des à-coups, comme prévu dans la loi de programmation militaire pour 2014-2019.

Ils passent de 32,584 milliards d'euros cette année à 31,941 en 2015, 32,345 en 2016 et 32,759 en 2017. C'est en outre la mission la plus touchée en terme de suppressions de postes (-7.500 d'ici 2015).

> La Culture et Communication

La situation est très différente entre les deux missions. La Culture voit ses crédits stabilisés (3,023 milliards en 2014 en hausse régulière jusqu'à 3,028 milliards en 2017), tandis que l'audiovisuel paye le prix fort des coupes budgétaires.

Ses crédits qui étaient de 292 millions en 2014 seront de 29 millions seulement dans trois ans (208 millions en 2015, 110 en 2016). Bercy évoque "un effort de rationalisation des dépenses de fonctionnement", notamment de France Télévisions.

En 2017, le financement des sociétés de l'audiovisuel public "sera intégralement assuré par le produit de la redevance, afin de conforter son indépendance", ajoute-t-il. La Culture et la Communication gagnent en outre 15 emplois l'année prochaine.

> Affaires sociales et Santé

Les crédits qui lui sont alloués vont progresser régulièrement jusqu'en 2017 (14,917 milliards en 2014, 15,118 en 2015, 15,395 en 2016 et 15,596 en 2017).

> Le Logement

Les crédits alloués au logement vont progresser régulièrement jusqu'en 2017 (14,917 milliards en 2014, 15,118 en 2015, 15,395 en 2016 et 15,596 en 2017).

D. L. avec AFP