BFM Business

Budget: Bruxelles vient faire l'état des lieux à Paris

John Thys - AFP

John Thys - AFP - Pierre Moscovici avait jugé en novembre que la France doit mettre à profit le temps accordé par Bruxelles.

Les experts de la Commission européenne sont à Paris, ce mardi 13 janvier, pour faire un point d'étape sur les efforts accomplis par l'exécutif français.

La trêve hivernale est désormais achevée. Ce mardi 13 janvier, les économistes de la Commission européenne chargés de suivre la France sont à Paris pour faire un point d'étape, rapportent Les Echos.

Ces experts bruxellois vont notamment discuter avec les services du Trésor à Bercy sur les données concernant l'exécution budgétaire pour 2014 et la trajectoire des finances publiques.

Cette rencontre doit également permettre à la Commission européenne de préparer ses prochaines prévisions économiques qui seront publiées en février prochain. "C'est une visite très banale et très technique qui s'inscrit dans une discussion continue avec les services de la Commission", explique une source au sein de l'exécutif français, citée par Les Echos.

La France sous surveillance

Il n'empêche que l'exécutif européen scrute avec attention les décisions prises par Paris. En novembre dernier, et après moult rumeurs indiquant que la Commission allait désavouer le budget tricolore, Bruxelles a choisi de reporter à mars prochain son verdict final.

Un délai durant lequel la France doit convaincre de sa bonne volonté. Les efforts pris par Paris pour corriger son déficit structurel, c'est-à-dire le déficit corrigé des aléas de la conjoncture, et les réformes sont particulièrement scrutés. Le projet de loi pour la croissance et l'activité d'Emmanuel Macron, texte dont l'examen parlementaire a commencé lundi, est également très surveillé.

"Il faut que les choses avancent"

"Nous jugeons politiquement et économiquement justifié de se donner du temps. Ce temps qui reste ne peut pas être du temps perdu, il faut entre temps que les choses avancent", expliquait, en novembre dernier, le commissaire européen en charge des Affaires économiques, Pierre Moscovici, ajoutant que Bruxelles n'hésiterait pas à "prendre ses responsabilités". Un peu plus tard, le 21 décembre, le même Pierre Moscovici affirmait encore que "l'objectif budgétaire de la France n'est pas rempli". Donc "je veux mener avec le gouvernement français un travail objectif".

Outre la France, deux autres pays sont visés par une procédure pour déficit excessif: la Belgique et l'Italie. Deux pays dans lesquels les experts de la Commission européenne se rendront dans les prochaines semaines.

J.M.