BFM Business

Bruno Le Maire : "Lactalis a gravement failli"

Le ministre de l'Économie est revenu sur la gestion de l'affaire Lactalis ce matin sur BFMTV. S'il ne peut certifier que tous les lots de lait contaminé ont bien été retirés des rayons, il affirme que des contrôles systématiques en caisse empêchent leur vente.

"Lactalis a gravement failli". Pour Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, ses services ont parfaitement géré l'affaire des lots de lait infantile contaminé. "Pour les services qui sont sous mon autorité, ils ont fait un travail remarquable pour identifier les lots. La DGCCRF a été remarquable d'efficacité", a t-il affirmé sur BFMTV et RMC ce matin.

Il pointe du doigt la responsabilité de Lactalis qui a voulu minimiser l'impact de cette contamination à la salmonelle. "Lactalis devrait comprendre que la transparence est la meilleure des sécurités", a-t-il expliqué. Revenant sur sa décision de faire retirer 600 lots de laits infantiles fabriqués depuis le 17 février 2017 "j'ai dû la prendre car Lactalis n'avait pas pris ses responsabilités", a taclé le ministre de l'Économie. Il a ensuite ajouté n'avoir jamais avoir eu d'hésitation dans cette prise de décision.

La sécurité sanitaire avant tout

Le ministre de l'Économie vante l'excellence du secteur laitier "qui fait la réputation de la France" et regrette "qu'une affaire entache tout le secteur".

"C'est une magnifique entreprise de l'agroalimentaire française, mais la santé des Français passe avant tout". Il rejette tout chantage au chômage partiel (l'usine de Craon en Mayenne est à l'arrêt) "la sécurité sanitaire passe avant tout. On parle de bébés, de nourrissons de quelques mois, de salmonelle qui pourrait menacer leur santé. La vie c'est le plus important de tout", a t-il ajouté.

Les responsables seront sanctionnés

Bruno Le Maire compte demander au patron de Lactalis Emmanuel Besnier, lors d'un rendez-vous prévu cet après-midi, comment il compte gérer cette crise et prendre ses responsabilités. "Les responsables seront identifiés et sanctionnés, même si c'est Lactalis", a affirmé le ministre.

Concernant la gestion des retraits lots contaminés, le ministre reconnaît que l'on "peut faire beaucoup mieux" alors que des lots se sont retrouvés en vente dans certains supermarchés, pharmacies et que des hôpitaux ont continué à les utiliser après le rappel. Bruno Le Maire n'a pas l'assurance que toutes les boîtes incriminées soient sorties des rayons. "Voilà pourquoi j'ai demandé à la grande distribution que les produits fassent un contrôle systématique en caisse pour bloquer la vente de tous les lots", a t-il fait valoir.

C.C.