BFM Business

Bartolone contre l'imposition des oeuvres d'art

Le président de l'Assemblée nationale s'est félicité du recul face aux "pigeons"

Le président de l'Assemblée nationale s'est félicité du recul face aux "pigeons" - -

Le président de l'Assemblée nationale estime que l'inclusion des oeuvres d'art dans l'ISF est une "mauvaise idée".

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS) s'est dit opposé à l'intégration des oeuvres d'art dans l'ISF. Invité dimanche 14 octobre du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Claude Bartolone a qualifié de "mauvaise idée" l'inclusion des oeuvres d'art dans l'assiette de l'Impôt de solidarité pour la fortune, proposée par la commission des finances de l'Assemblée. "Cela mériterait de savoir exactement ce que cela pourrait rapporter mais aussi ce que cela pourrait coûter", a-t-il dit, relevant que cela "pourrait affaiblir la place de Paris pour les transactions sur les oeuvres d'art".

Soutien aux pigeons

Par ailleurs, il a approuvé le recul du gouvernement face aux pigeons: "le taux qui était proposé" pour taxer les plus values sur les cessions des entreprises aurait pu être décourageant pour les créateurs d'entreprises. C'était désastreux pour la relation avec les entreprises". Or, a dit M. Bartolone, grâce aux élus locaux, "sur les entreprises il y a eu ces derniers temps la même révolution culturelle des socialistes et la gauche qu'il y a eu sur les questions de sécurité, parce ce que nous savons que pour pouvoir redistribuer il faut de la création de richesses".

"Qu'il y ait la parole pour la discussion et le compromis c'est une bonne chose", a-t-il dit, tout en ajoutant qu'"il y a quelques rapaces qui se sont cachés derrière ces pigeons".

BFM Business & AFP