BFM Business

 100 millions d'euros de rénovation des palais présidentiels attendent Macron

Ces opérations de rénovation devraient s’effectuer par phases successives, réparties sur un calendrier théorique de sept années, pour un coût global qui pourrait atteindre 100 millions d'euros.

Ces opérations de rénovation devraient s’effectuer par phases successives, réparties sur un calendrier théorique de sept années, pour un coût global qui pourrait atteindre 100 millions d'euros. - Kenzo Tribouillard-AFP

Selon la Cour des comptes, la finalisation du schéma immobilier des résidences présidentielles dont le coût atteindrait 100 millions d'euros sur sept ans, ainsi que l'engagement de travaux urgents, sont des défis à relever rapidement. Le futur occupant de l'Élysée est prévenu.

Le président Macron devra rapidement trancher sur le sort de dépenses de rénovation du patrimoine des résidences présidentielles au premier rend desquelles figure le palais de l'Élysée. La Cour des comptes estime que si la présidence de la République, sous l'ère de François Hollande, a maîtrisé ses dépenses et amélioré la gestion de ses comptes en 2016, elle devra encore "poursuivre ses efforts", selon un rapport annuel publié à trois jours de la passation de pouvoir entre François Hollande et son successeur Emmanuel Macron.

Ce rapport remis le 11 mai au président de la République relève "qu'en 2016, les dépenses ont été contenues dans la limite de la dotation initiale, fixée à 100 millions d'euros contre 109 millions d'euros en 2012", première année du quinquennat.

"Les réserves sont passées de 1,3 million d'euros en 2012 à 16,5 millions à la fin de 2016", indique-t-elle par ailleurs. Mais, l'institution chargée de contrôler les comptes publics relève que ces réserves "étaient destinées à financer un important programme de rénovation immobilière" et que "le Président de la République vient de décider d'en restituer 10 millions au budget général de l'État, ce qui laisse entière la question du financement de ces travaux".

La Cour des comptes avertit des risques d'un report des travaux

"Bien que certains travaux parmi les plus urgents aient pu être menés, les crédits affectés aux opérations d’investissement ou d’entretien ne sont pas, depuis plusieurs années, complètement consommés. Aussi la Cour souhaite-t-elle attirer l’attention de la Présidence sur le risque existant, à force de repousser les nécessaires opérations de conservation du patrimoine immobilier, que celui-ci se dégrade et que les coûts nécessaires à sa restauration en soient augmentés, par rapport à une action préventive et curative"; explique le rapport de 2016 de la Cour des comptes sur le budget de la Présidence de la république.

Selon elle, à propos des résidences présidentielles, "la finalisation du schéma immobilier, dont le coût global atteindrait au minimum 100 millions d'euros sur sept ans, ainsi que l'engagement de travaux urgents, constituent des défis à relever rapidement".

F.B avec AFP