BFM Business

Fillon: "La moitié de l'économie est sous contrôle des investisseurs étrangers"

François Fillon était l'invité de BFMTV-RMC ce lundi 3 avril

François Fillon était l'invité de BFMTV-RMC ce lundi 3 avril - BFMTV-RMC

Invité de BFMTV-RMC, le candidat Les Républicains à la présidence de la République a rappelé vouloir encourager l'investissement en allégeant la fiscalité du capital. Il considère que cela permettrait de rendre l'économie française moins dépendante de l'étranger.

"Les entreprises font des profits, je m'en réjouis". Interrogé sur la hausse des bénéfices du CAC40 de 22% en 2016, François Fillon, le candidat Les Républicains à l'élection présidentielle, est fier de voir les grandes entreprises françaises améliorer leurs résultats.

"L'idéal c'est que ces profits soient réinvestis mais pour qu'ils soient réinvestis il faut qu'ils soient moins taxés", a-t-il ajouté. François Fillon a ainsi rappelé qu'en Allemagne, dans les pays scandinaves et en Grande-Bretagne, les revenus du capital sont taxés autour de 30%. "Si je suis élu, ce sera la même chose", a-t-il fait valoir.

"Le gouvernement se roule devant le Qatar"

"Je préfère cela que de voir le gouvernement actuel se rouler par terre devant le Qatar et les fonds de pensions étrangers pour financer l'économie française", a-t-il ajouté.

"C'est un sujet qui n'est jamais évoqué. Est-ce que l'économie française est sous contrôle français ou étranger? Plus de la moitié de l'économie française est sous contrôle étranger à cause de la fiscalité du capital", a-t-il déploré.

François Fillon a également brassé l'ensemble des grands sujets de la campagne. Il a rappelé vouloir abroger le compte pénibilité mais a assuré que cette abrogation ne "vaudrait que pour l'avenir".

Hausse des petites retraites

Le candidat LR a aussi rappelé qu'il voulait proposer un forfait de baisse de charges de 350 euros par personne ou 700 euros par couple soit "à peu près la facture d'électricité d'un ménage et [qui] correspond grosso modo à la suppression des cotisations maladie". Une baisse de charges qui sera financée en partie par la hausse de 2 points de TVA. Toujours sur le volet du pouvoir d'achat, François Fillon a proposé que toutes "les retraites de moins de 1.000 euros fassent l'objet d'une augmentation, chiffrée à au moins 300 euros". "Et je propose que toutes les petites retraites de réversion fassent l'objet d'une augmentation de 10%", a-t-il complété.

Enfin, François Fillon a évoqué les économies et notamment les efforts qu'il voulait exiger des collectivités locales. Il a rappelé vouloir baisser la dotation globale de fonctionnement aux collectivités de 7 milliards. Mais il demandera un effort total aux élus locaux de 20 milliards d'euros. Comment faire ces économies? "En réduisant leur train de vie, en modernisant leur organisation, comme le font toutes les entreprises, toutes les sociétés humaines, en utilisant le digital et le numérique massivement et en prenant des décisions sur les priorités d'actions à accomplir".

J.M.